AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Orientalisme, de Presl (Atrabile)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3106
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Dim 30 Mar 2014 - 10:39



Un couple arpente les routes d'une région reculée de la Turquie, pendant que se joue un drame familial.
C'est sûr que ça n'est pas avec un pitch comme celui-là que Nicolas Presl va nous donner envie de lire ses livres. Sauf que...

Ce qui se joue dans les livres de Nicolas Presl, ça n'est pas forcément linéaire. C'est souvent comment les personnages vont se croiser, et interragir, sans comprendre toujours eux-mêmes quels sont les enjeux qui comptent au moment où nous, lecteurs, les voyons, et au moment où eux, personnages, les vivent.
Pas forcément linéaire, mais cette ligne narrative pèse lourdement, comme si nos personnages étaient pris dans un flux qu'il est difficile de rompre, contre lequel ils ont du mal à aller.

Orientalisme montre la volonté d'une jeune turque de s'émanciper du poids de la tradition, profitant de la mort de son père pour suivre le jeune pâtre voisin qui a choisi de quitter la campagne pour Istanbul, capitale fantasmée, porteuse d'espoirs.



Si le discours sur l'exotisme et le rapport à l'étranger était plus lourd dans son livre précédent, Heureux qui comme... (qui souffrait peut-être aussi d'une profusion de personnages), il gagne ici une force qui est liée au fait que Nicolas Presl ne regarde plus l'autre par le regard de l'occident, mais relègue ce regard à la marge, symbolisé par l'appareil photo du couple de touristes, et, comme il l'avait fait pour la Grèce Antique de l'Hydrie, se fond dans la vie quotidienne de la ruralité turque.

Ce qui se joue dans les livres de Nicolas Presl, ça n'est pas une lecture habituelle, qui rassure par l'ancrage que lui fournissent les mots. On est rompu maintenant à cette approche, car c'est le septième livre de l'auteur, et qu'il est passé maître dans le récit sans texte. Cette bande dessinée, où tout se joue dans la page, et dans le lien d'une image à l'autre a chez lui quelque chose d'archaïque qu'il cultive de façon jouissive. Elle repose sur les sensations pures du lecteur ; si L'Hydrie contenait la tragédie à l'état pur, Orientalisme est bien plus nuancé, entre la violence de la ville et la campagne au ralenti, comme une représentation d'une certaine fatalité finalement source de liberté pour les personnages, mais aussi pour le récit.


(lire le début sur le site de l'éditeur : http://atrabile.org/wp-content/uploads/2014/03/orientalisme_extrait01.jpg)
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Dim 30 Mar 2014 - 10:53

Militons pour le retour de Nicolas Presl dans la sélection mensuelle du shériff d'or, avec ce livre plus réussi que le précédent. Même si l'histoire présente une fin ouverte, un peu bancale, on tient là un beau livre de ce début d'année, avec de très belles pages, surtout celles mettant en scène le couple de touristes.
Et je ne sais si un auteur maîtrise mieux que Presl l'art délicat de la bande-dessinée muette...

...et puis quoi ? on a déjà du lire combien de livre de Ducoudray, de Zabus ?
Combien d'auteurs ont eu le droit à plusieurs sélections ???


Dernière édition par Superphane le Dim 30 Mar 2014 - 20:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3106
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Dim 30 Mar 2014 - 10:59

Superphane a écrit:
une fin ouverte, un peu bancale,

pas d'accord

Superphane a écrit:
on tient là un beau livre de ce début d'année

d'accord

 Wink 
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Dim 30 Mar 2014 - 11:01

Abrupte conviendrait peut-être mieux que bancale ??? (bancale laisse croire que c'est râté, effectivement, ce qui n'est pas le cas).
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3106
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Dim 30 Mar 2014 - 18:28

Je trouve que cette fin est justement une ouverture sur un nouveau ton dans la bd de Presl, il y a une dimension apaisée, ce que j'avais rarement trouvé dans ses pages. C'est très rafraîchissant d'ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Eva

avatar

Féminin Nombre de messages : 164
Age : 43
Localisation : Clermont-Fd
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Jeu 17 Avr 2014 - 7:54

Pour moi, ce sera une BD qui sera vite oubliée. Je n'aime pas les dessins, et je trouve le scénario très convenu et quelconque. Les personnages ne sont pas attachants, ce qui ne contribue pas à rendre cette histoire attrayante.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3106
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Jeu 17 Avr 2014 - 16:23

et en terme de narration ?

scénario, personnages, histoire, on pourrait parler de roman, de série télé, de cinéma, avec les mêmes termes.
Qu'en est-il de ce qui fait spécifiquement la bd, les questions de raccords - d'enchaînement, la mise en (double) page...

Quant aux dessins, je crois que le monde du lectorat de la bd se divise en deux, ceux qui aiment presl et les autres.
Je rappelle que nous ne sommes pas en train de choisir notre prochain papier peint (quoi qu'avec la couverture d'orientalisme...), ou un poster pour bébé. Oui, c'est tendu, sec, mais je pense aussi qu'il y a une efficacité directe dans son dessin, que je préfère sans couleur.

Pour ce qui est du scénario, c'est convenu comme quoi ? Je pense de mon côté à des choses comme les films de Nuri Bilge Ceylan. Alors oui, il peut y avoir un petit côté entendu, mais je crois que si on met côte à côte orientalisme et le truc rose, et qu'on me dit que l'un est convenu et pas l'autre, j'attends un poil plus d'explications. Car sur le truc rose, d'explications, il n'y a pas eu.

Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2610
Age : 39
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Dim 20 Avr 2014 - 13:35

Je n'ai pas encore lu le truc rose, je n'en attends pas grand chose. Par contre cet "Orientalisme", j'étais vraiment curieux de le découvrir. A l'époque de l'Hydrie, je faisais partie des personnes les plus hermétiques au dessin et plus généralement au style Presl. Aujourd’hui et à travers ce nouveau bouquin, j'accroche nettement plus, les touches de couleurs nous guident dans la lecture et offre une belle esthétique au trait. A plusieurs reprises, la structure narrative est brillante et tout passe par les expressions gracieuses du dessin et l’utilisation judicieuse de la bichromie

Par contre, quel vide mes amis au niveau du contenu ! Comment a t'il fait pour sortir un si long bouquin avec si peu d'idées ?
Ce livre est une avalanche de clichés (rural contre urbain, occidentaux versus orientaux, le père qui veut pas lâcher sa fifille au petit berger du coin et puis le sommum le coup des pompes ou encore le monde moderne SFR qui s'ouvre à nous...).
Même décrit avec un style hautement intelligent et même si c'était certainement voulu par l'auteur d'user des clichés , je crois qu'il n'est pas parvenu à s'en affranchir et à les digérer, la fin mets d'ailleurs en relief le manque d'orientations que ce livre ne parvient pas à trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Dim 20 Avr 2014 - 15:26

Je pense, mon cher Can que tu fais un contresens en voyant dans le livre de Presl l'idée d'affrontement (rural contre urbain, modernité contre tradition). Il développe l'idée de juxtaposition, plutôt que d'opposition : les gens vivent côte à côte sans réellement parvenir à communiquer, se comprendre ou même se voir.
Leur rapport au temps et à l'espace est presque antagoniste. Si pour le berger, le voyage à Istanbul est celui d'une vie, pour les touristes, il reste terriblement banal : franchir le pont n'a pour eux pas du tout la même valeur.
Les européens collectionnent les clichés (au sens propre comme au sens figuré !) mais le paysan turc fait de même en envisageant la ville comme la promesse d'une vie meilleure.
Je trouve la narration extrêmement habile (le passage d'un couple à un autre) et si les oppositions (j’emploie le mot à dessein dans le sens de "vis-à-vis") sont évidentes et souvent voulues, Presl sait éviter tout manichéisme. On retrouvait déjà, dans Heureux qui comme, le même dispositif (d'autant qu'il était déjà question de voyage) : faire se télescoper des mondes qu'apparemment tout différencie.
Ce que fait Presl, toujours, c'est nous parler de l'autre.
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2610
Age : 39
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Dim 20 Avr 2014 - 16:11

Assez d'accord avec la seconde partie de ton commentaire qui mets en lumière les objectifs que l'auteur semble s'être fixé. D'un point de vue du développement, je trouve néanmoins la rencontre de ces deux mondes complétement téléphoné et j'avoue que j'attendais une sortie plus convaincante, que les antagonismes que tu évoques fort justement soient traités plus significativement ou plus symboliquement car au final j'ai plus ressenti que ce qui devrait opposer les individus les réunit au bout du compte, un peu trop facilement à mon goût et cela se traduit par l'utilisation de tous les clichés évoqués.
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4733
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: I don't f*ck*ng love it   Mer 23 Avr 2014 - 7:18

Je rejoins l'avis de Can, et même si Eraserhead n'a pas tort dans son analyse de la maîtrise de codes et d'enchaînements très typés, Orientalisme ne se situe pas à la hauteur de L'hydrie ou de Fabrica.
J'ai l'impression d'une redite d'Heureux qui comme et n'ai ressenti qu'un long bâillement à la lecture du livre qui nous occupe. La narration graphique est certes brillante et originale (dans le sens où elle est l'expression et la marque d'un auteur) mais je ne vois pas où se situe la démonstration, si ce n'est dans la mise en place des "oppositions" (comme le dit Superphane) un peu trop convenues. Là où Shaun Tan (quelqu'un qui maîtrise le muet, mon cher Superphane) déroule un récit bouleversant sur les causes et les conséquences d'une (im)migration (Là où vont nos pères), Presl égrène un chapelet de situations caricaturales (le symbole de l'appareil photo… mon Dieu…) qui se télescopent mollement (au même titre que l'accident de la circulation auquel on ne croit pas bien) et abandonne le lecteur et son propre récit sur le banc de touche, observateurs d'un match qui ne se joue pas. Doit-on faire rentrer des remplaçants ?


Dernière édition par fred le Mer 23 Avr 2014 - 8:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
Charles Olivier
Comité de sélection du Sheriff d'or


Masculin Nombre de messages : 216
Age : 46
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 24/02/2014

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Mer 23 Avr 2014 - 8:23

Le trait décrivant les 2 cultures est cricatural.
Et je fais donc partie des autres, ceux qui n'aiment pas le dessin, et bien moins que celui de Tronchet.
Dommage, car le récit sans texte le fait encore plus ressortir ; et les visages de batracien qui ont pris un bourre pif : pas pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Mer 23 Avr 2014 - 9:17

Des auteurs qui maîtrisent la narration muette, il y en a bien d'autres, j'en conviens (et je n'aime pas beaucoup là où vont nos pères, ce n'est pas là le moindre de mes défauts).
Je n'en appelle pas à Dieu non plus pour fustiger le "coup de l'appareil photo", artifice narratif proposant une mise en abyme plutôt intéressante.
Par ailleurs, Presl propose ici un conte réaliste (forme plutôt courte, nombre de personnages réduits mais bien caractérisés) et non un récit de vie ou une expérience vécue. Comment donc y voir de la caricature ???


Dernière édition par Superphane le Mer 23 Avr 2014 - 10:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Mer 23 Avr 2014 - 9:28

Mon cher Charles-Olivier,
Tu remarqueras que j'ai particulièrement détesté le livre hollandais de la sélection (même écrire son nom m'est pénible). Pourtant, j'ai tenté d'argumenter pour en dire tout le mal que j'en pensais.
J'évite donc les arguments du type "tête de batracien" (même si je comprends tout à fait que tu sois un peu réfractaire au dessin formidable de Presl !).
En effet, n'ayant, par exemple, pas vraiment d'attrait pour les poitrines siliconnées, j'aurais pu en profiter pour charger davantage, en usant de "tes méthodes", le livre hollandais. Je ne doute cependant pas qu'on puisse trouver un bon livre où l'héroïne aurait des implants mamaires.  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4733
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: implant rétinal en vue   Mer 23 Avr 2014 - 10:58

Les poitrines de Faith, Hope et Chast sont parfaitement naturelles.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3106
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Mer 23 Avr 2014 - 11:57

Nous sommes bien en train de parler des spécificités stylistiques d'un auteur : son dessin, totalement assumé, correspond parfaitement à ses choix narratifs, esthétiques, et éthiques... Il ne va venir en tête à personne de dire que c'est mal dessiné quand même ?

> J'en reviens à la fameuse faille existant entre les lecteurs plutôt spirou, ou plutôt tintin : pour moi, le dessin de Franquin, ça passe plutôt mal. Mais jamais je ne dirai que ça n'est pas maîtrisé, que ça ne remplit pas parfaitement l'objectif visé. De la même manière, personne ne pourrait attaquer Cuvelier pour Corentin, pourtant l'extrême précision du trait, la fixité qui en découle... ça ne fait pas plaisir à tout le monde.

Par contre, on peut quand même trouver des légèretés dans les dessins du truc rose, ça n'est pas lui faire offense (le dessin étant ce qu'il y a de mieux réussi). De même, on peut légitimement reconnaître que ça n'est pas question dessin que le Fils du Yéti tire son épingle du jeu.

Presl développe une forme particulièrement maîtrisée. Qui ne convient pas à tous les récits. Celui-ci, certains d'entre nous ont pu passer à côté, il est hybride, pas aussi sec que L'Hydrie. Est-ce que l'outrance fait partie de son geste, je ne sais pas, en tout cas, elle était présente évidemment dans L'Hydrie, ses oeuvres antérieures, dans Heureux qui comme (et en trop à mon avis), mais moins dans ce dernier. J'ai trouvé que c'était une bonne chose.
Presl construit une oeuvre. Est-ce en l'opposant à ses autres livres (qui sont différents depuis Heureux qui comme) qu'on juge Orientalisme, ou en le comparant à nos trois autres lectures ?
Prenons un autre exemple : le Ayroles est-il son meilleur ?
Revenir en haut Aller en bas
Charles Olivier
Comité de sélection du Sheriff d'or


Masculin Nombre de messages : 216
Age : 46
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 24/02/2014

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Mer 23 Avr 2014 - 22:20

Cher Superphane,
J'ai été prévenu que j'allais me faire dézingué et je n'ai pas été déçu.
Merci pour ces avis ; les jusiciers veillent et nous pouvons dormir tranquilles.
Plus jamais je n'écrirai, sans avoir assez réfléchi, entre l'éveil musical du moyen et le judo des 2 ainés, (mais plutôt entre 0 et 6 h, les heures les plus zen).
Je promets d'éclaircir mon propos dès que possible.
Je suis ravi de ces échanges, de ces contacts, qui créent du jeu.
Amitiés à tous les Shériff (Yououaaaar tauking touou miiiiiii ????)
Revenir en haut Aller en bas
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 962
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Jeu 24 Avr 2014 - 18:02

J'ai été la première surprise en m'apercevant que le dessin me plaisait beaucoup. J'avais gardé de l'Hydrie un souvenir mitigé, en grande partie à cause des têtes de poisson (qui ne sont pas des batraciens, alors j'ai le droit). Soit mon oeil a évolué, soit c'est le dessin, ou bien les deux, mais en tout cas j'ai pris un grand plaisir visuel à cette lecture. Concernant le scenario j'ai l'impression qu'il se perd un peu en route, pour nous amener à cette fin en queue de poisson (là aussi j'ai le droit !). Ca partait pourtant bien, le parallèle entre les deux couples ou les deux cultures ( au sens littéral, ne se rencontrent jamais quoiqu'on en pense ) était à mon sens bien mené, chacun gardant ses propres illusions sur la vie rêvée des autres. Mais la fin, vraiment, me laisse dubitative... C'est dommage, car ce fut une belle (re?)découverte graphique.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3106
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Jeu 24 Avr 2014 - 18:36

Je promets de défendre cette fin, que je trouve de toute beauté, lors de la réunion.
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2300
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Jeu 24 Avr 2014 - 19:26

Que l'on aime ou que l'on n'aime pas, la lecture d'un livre de Nicolas Presl est toujours une aventure. Il y en a des belles, d'autres moins. A mon gout, celle-ci fut une réussite. Ce dessin indescriptible au service de cette narration incroyable est d'une qualité remarquable mais peu choquer, effectivement. Ce livre est exigent mais il en apporte autant en retour quand on veut, ou quand on peut, rentrer dans le propos ou plutôt dans l’esthétique du propos car c'est vrai qu'au fond il n'y a pas grand chose, en tout cas rien de très nouveau et c'est vraiment le traitement qui rend l'expérience intéressante. J'aime bien l'introduction des couleurs, elles dynamisent l'ensemble, le rendent moins sec. J'aime bien la fin aussi, je ne vois déjà pas comment il aurait pu terminer de façon plus classique sans tout faire tomber à plat. Il fallait une fin ouverte, un peu déconcertante pour appuyer tout le reste du livre.
Une bonne lecture, donc !
Revenir en haut Aller en bas
Tue-Loup
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 905
Age : 52
Localisation : Aulnat
Date d'inscription : 07/02/2011

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Ven 25 Avr 2014 - 21:08

eraserhead a écrit:
Je promets de défendre cette fin, que je trouve de toute beauté, lors de la réunion.

Je serai avec toi pour défendre cette belle fin ... et aussi l'ensemble du livre qui me semble être assez mal perçu par mes petits camarades.
Il y a beaucoup de très beau moment dans le livre de Presl, et je trouve un peu injuste et un peu caricatural les reproches comme quoi il ne dépasse pas le stade des clichés. Orientalisme est un conte moderne qui regarde le monde droit dans les yeux, sans démagogie mais pas sans passion.
Je pars une semaine loin de Clermont (et d'internet !!!)
Je vous retrouve au plus tard pour notre rencontre du 6 mai.
Revenir en haut Aller en bas
Charles Olivier
Comité de sélection du Sheriff d'or


Masculin Nombre de messages : 216
Age : 46
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 24/02/2014

MessageSujet: J’ai crevé l’oreiller, j’ai dû rêver trop fort   Dim 27 Avr 2014 - 1:18

J’ai crevé l’oreiller, j’ai dû rêver trop fort

Scénario + dessin = BD
Le dessin est au service de la narration. Il doit être efficace, en phase avec le récit, pour faire vivre les émotions, rendre le mouvement du conte. Il plait, émeut, écœure, peu importe : il est secondaire. Le lecteur se doit d’oublier ce qu’il ressent pour garder un œil analytique qui saura lui faire percevoir le récit et la consistance du livre. Ce que le dessin lui procure aux tripes importe peu (ça, ce n’est pas moi).

Dessin + scénario = ?
On ouvre un livre, on est happé par le graphisme qui nous plonge dans un univers que l’on a envie de découvrir. Sa sensualité, sa technicité, son dynamisme, qui sont bien subjectifs, interpellent. Le récit pourra être à la hauteur…ou non. Et l’on aura une un coup de cœur …ou une déception (je me reconnais plus).

Orientalisme
Ces visages me troublent et desservent la narration au cours des pages (il ne s’agit que de mon ressenti bien entendu). Le chien berger d’Anatolie me parle plus : pourquoi ? Je ne permettrais pas de porter un jugement sur le travail de l’auteur. Les visages de batracien, c’est bien vide, j’en conviens. J’exprime simplement ma confusion, mon incompréhension, qui me maintiennent à distance du récit. Dans ce cas précis, c’est le dessin qui me fait oublier le scénario (un comble ?).

Les mots, les maux
Quand on dit « je n’aime pas », « c’est moche » : derrière ces mots irrecevables, non argumentés, il y a bien souvent ce malaise difficile à analyser. Pour ma part, l’émotion procurée par le graphisme seul aura toujours une importance primordiale, car je privilégie ce premier contact à toutes les explications possibles venant ensuite. L’art peut bien être disséqué, disserté : s’il n’émeut pas d’abord, c’est raté.

Superphane
Ce que la logorrhée est à la parole, est-il transposable avec un appareil photo ? Photographimania ? Et là, si ce n’est pas de la caricature ! Je suis d’accord avec toi, l’idée de l’appareil photo n’est pas mauvaise, mais abusivement utilisée !!! Navré, je ne les vois pas ces touristes-là.

Eraserhead
Entre Spirou et Tintin, Les Stones ou les Beatles, le Bordeaux ou le Bourgogne, fromage ou dessert, je n’y vois jamais de cruel dilemme : j’achète les 2.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3106
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Dim 27 Avr 2014 - 7:56

scénario + dessin = BD ?
Ou même l'inverse.

Les albums (pour la jeunesse) suivent aussi ce schéma. Un gag de jacques faizant aussi.
à moins que l'on entende scénario par découpage, enchaînement, mise en page. C'est là que réside le coeur du medium. C'est là aussi qu'excelle Presl (entre autres).

Concernant son dessin, il faut reprendre ses premiers albums, voir comment il évolue vers une grande pureté de trait.
Pour les visages de grenouilles (d'autres ont parlé de poisson) : quel est le problème ? Est-on gêné par la bande dessinée animale ? Le trait de Presl rend avec merveille la violence subie par les personnages, leur incompréhension, les visages sont marqués, vivants. C'est parce que ça n'est pas réaliste ? Parce que ça ne fait pas plaisir à l'oeil, que ça nécessite un peu de recul ? Qu'une femme de Manara est plus agréable à voir qu'une femme de Presl ? Que la bd ne doit pas demander d'effort ?
Je trouve que les personnages de Presl nous ressemblent plus que ceux de Jim.
Revenir en haut Aller en bas
Charles Olivier
Comité de sélection du Sheriff d'or


Masculin Nombre de messages : 216
Age : 46
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 24/02/2014

MessageSujet: orientalisme   Dim 27 Avr 2014 - 9:52

La question que je posais, ce n'est pas un schéma ou une équation, mais y-a-t-il une hierarchie entre le dessin et le scénario ? Y-en a-t-il un auservice de l'autre ? Que se passe-t-il quand l'accord ne marche pas chez un lecteur ?
Et oui, il y a un vrai problème quand le dessin maintient le lecteur à distance, ce qui est mon cas pour Presl. Je ne parle pas de plaisir ou non, mais touché ou non. Si je ne pouvais supporter que l'agréable, je n'aurais pas aimé Pelote dans la fumée.
Il semble y avoir une approche différente, pour ne pas dire diamétralement opposée entre toi, Eraserhaed, et moi (je ne porte pas de jugement, je ne prétends pas avoir raison) : tu décortiques, analyses et expliques la démarche intelectuelle quand je me contente de rester sur l'émotion première ressentie. Tu vas surement plus au fond des choses, quand je reste en superficie ? Je préfère le physique, le contact, ce frisson qui te retrourne la couenne sans chercher le pourquoi du comment.
Enfin, je n'ai rien contre la BD animale.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3106
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   Dim 27 Avr 2014 - 10:09

oh non, je ne pense pas que nous ayons une approche si opposée.
Comme tout le monde, un livre me prend au tripes ou non, mais il peut y avoir aussi une façon de prendre aux tripes différente.
J'aime quand un livre me raconte autre chose qu'une histoire, quand il me parle par exemple du medium même (ce que fait Marc Antoine Matthieu avec évidence et distance amusée), qu'avec le propos apparent, parfois secondaire, il y a un propos esthétique, un point de vue fort qui structure une approche de l'oeuvre plus jouissive...

Après, esthétiquement, j'aime vraiment ce que fait Presl. Mais ce qui est sûr, c'est que son dessin, comme tu le dis, tient à distance, ne facilite pas l'identification dans un sens commun.

Tu dis qu'il y a un vrai problème si le dessin tient à distance : ici, c'est un choix esthétique, narratif, qui ne fonctionne pas avec l'envie d'empathie, a priori. Cependant, je trouve que pour la première fois chez Presl, il y a possibilité d'empathie, et c'est là que l'auteur évolue.

Je persiste à dire que ses personnages représentent de façon très brute l'humanité, et de façon plus éloquente que chez beaucoup d'autres dessinateurs, avec la virtuosité desquels Presl n'a aucune chance de rivaliser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Orientalisme, de Presl (Atrabile)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Orientalisme, de Presl (Atrabile)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Orientalisme, de Presl (Atrabile)
» L'Hydrie, de Presl
» Orientalisme ..
» Heureux qui comme de Nicolas Presl.
» Almées et ghawazee : la confusion des genres.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: