AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2306
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand   Dim 25 Sep 2016 - 13:54



A l'origine, il y a ce petit morceau de film documentaire tournée le 10 juin 1968 sur le trottoir, devant les usines Wonder de Saint Ouen. Les ouvrières et ouvriers qui fabriquent les fameuses piles (qui ne s'usent que si l'on s'en sert...) discutent de la reprise du travail votée la veille. Au milieu de la foule une jeune femme pleure et crie sa rage, elle ne rentrera pas dans "cette taule dégueulasse". De cette séquence, le documentariste Hervé Le Roux, a réalisé un film tiré d'une enquête de trois mois, faites en 1995, dans le but de retrouver cette héroïne d'un instant et lui donner une seconde chance, une deuxième prise. Le film s'appelle Reprise.
Si on regarde les 9 minutes de ce témoignage, on comprend aisément les motivations du documentariste mais aussi celles du scénariste, François Bégaudeau, qui a écrit Wonder après l'avoir vu. Son intention, bien différente, donne un livre magnifique et passionnant, centré sur cette jeune femme énigmatique qui ne peut laisser personne indifférent. En effet, très vite, les questions affluent.




D'où vient cette immense tristesse ? Quelle est la source de cette profonde détresse chez cette jeune femme ? Pourquoi, aux portes de son usine, a-t-elle soudain autant de dégoût et d'aversion pour ce travail qu'on l'oblige à faire, ce travail auquel on la réduit ? Après ces trois semaines de lutte, cette situation lui est maintenant insupportable. Les espoirs entrevues sont-ils plus forts ? La déception est-elle si grande ? Finalement, que s'est-il réellement passé en mai 68 ?



Dans sa tentative de réponse personnelle, le scénariste du livre nous entraîne dans l'univers de Renée que l'on va vite surnommer Wonder, prononcé "vondère" avant de devenir wonder en passant de l'ouvrière un peu timide à la femme libérée qu'elle pourrait être. Au début, jeune ouvrière naïve et docile, elle va se faire surprendre puis se laisser porter par les événements et, ainsi, accomplir sa mue au contact d'étudiants et d'intellectuels, pour enfin se réaliser pleinement. Ainsi, François Bégaudeau nous entraîne à la suite de Wonder pour essayer de comprendre le choc des cultures qu'a pu être la rencontre du monde ouvrier avec celui des étudiants pendant ce mois de mai 1968. Au passage, l'utilisation des nombreux slogans d'époque dans la construction même des dialogues est fabuleuse car elle leurs donne tout leur sens et les jeux sur les mots sont épatants.



Mais toute cette belle écriture ne serait rien sans la grande cohérence avec le graphisme apportée par la dessinatrice. En effet, là où les images d'origine étaient toutes dans un noir et blanc plutôt sombre, Elodie Durand a fait le pari des couleurs, le rouge avant tout, par petite touche d'abord puis en prenant parfois toute la place, ensuite arrivent les autres couleurs en ribambelles. S'installe alors un va et vient entre les couleurs et le noir et blanc, suivant les situations, pour ne finir qu'avec elles.
Des couleurs donc mais pas tout le temps, seulement à certains moments, sur certains vêtements, dans certains lieux mais surtout pas pour le temps de la vie à l'usine. Cette belle construction sur les couleurs est particulièrement réussie.
La dessinatrice aurait aussi bien pu se cantonner au noir et blanc, qu'elle maîtrise parfaitement, comme elle l'a déjà démontré dans son précédent livre de BD, La parenthèse, autobiographie qui nous avait particulièrement touché dans ce jury au moment de sa sortie en 2010.
Ici, l'auteure met toute l'expérience acquise dans l'écriture de ses livres jeunesses au service de ce récit intime et prenant jusqu'à la fin où les couleurs prennent le dessus, où tout commence... par ne plus avoir peur.
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2620
Age : 39
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand   Dim 16 Oct 2016 - 10:32

La déception est à la hauteur des espoirs que j'avais placés dans ce livre qui me paraissait fort intéressant et attirant, tant par le sujet que par le dessin, toujours plein de sensibilité d'Elodie Durand.
Malheureusement et excepté dessin et couleurs, je ne sauve pas grand chose de ce livre, plombé par un traitement de l'histoire qui manque clairement de densité et une narration souvent alourdie par les jeux de mots ou les slogans.
J'ai le sentiment que les auteurs n'ont fait qu'effleurer leur sujet et rendent un peu cliché le thème de l'épanouissement de cette jeune ouvrière frigide et obéissante qui va se transformer au gré de quelques rencontres en jeune rebelle et pas farouche, d'ailleurs ses expériences amoureuses (sexuelles ?), d’abord avec un homme, puis une copine ont fini par m'achever. C'est un peu réducteur quand on parle d'émancipation, j'imagine et j’espère qu'elle a connu un parcours bien moins simpliste que celui qu'on lui prête ici.
Alors je retiendrai une fois de plus le dessin sensible de Elodie Durand, quelques belles trouvailles graphiques comme ces pages et ces cases qui s'effacent, mais c'est bien peu pour un livre que j'oublierai bien vite.
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2306
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand   Dim 16 Oct 2016 - 11:34

Nous n'avons pas du lire le même livre !

Les jeux de mots sur les slogans sont justement une façon de les cités et de leurs donner plus de sens que de simples citations qui, elles, auraient pu être lourde par leurs répétitions. Là, au contraire, ils prennent tous leurs sens sans aucune explication rébarbative. C'est très bien vu.

D'autre part, je ne vois pas comment tu peux qualifier l'héroïne de frigide. Outre le fait que ce terme est souvent péjoratif (mais on échappe rarement à notre éducation machiste), cette jeune fille n'a aucune expérience en la matière et n'est donc pas plus "coincée" que n'importe qui. Si tu ne vois son émancipation qu'à travers sa sexualité dans ce livre, tu as du sauter beaucoup de pages ! Et de toute façon, cela me semble un aspect incontournable de cette époque.
Au départ, elle est obéissante, oui, comme je le suis, comme tu l'es certainement devant tes patrons. Et alors ! Son parcours, résumé dans le livre, dure un certain temps, au moins trois semaines, si on se cale sur le calendrier des événements, mais peu importe, ce sont plus les rencontres qui comptent au final.
Juste une dernière précision. C'est une pure fiction, il ne s'agit pas de l'histoire de cette fabuleuse ouvrière filmée devant son usine. Ils ne l'ont jamais retrouvée !
La dimension symbolique, ou allégorique peut être, du récit t'aura échappé aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2620
Age : 39
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand   Dim 16 Oct 2016 - 13:33

Je veux bien être sévère mais tu ne vas pas me dire que cette fille qui au début de l'histoire ne se donne même pas à son compagnon (du moins à l'ouvrier qui lui tourne autour) et qui après trois petites semaines de manifs à côtoyer un autre milieu, va coucher rapidement avec un puis une inconnue, ce n'est pas un peu grossier comme illustration de l'émancipation ?

J'aurai trouvé plus judicieux que les auteurs s'attardent sur l'épanouissement de la jeune fille dans le regard qu'elle va devoir porter sur la classe ouvrière, sur le monde bourgeois, sur cette année 68 faite d’ébullitions et de rêve, sur ses idées politiques, sur le modèle de société recherché. Or là j'ai eu l'impression de voir une fille qui se laisse juste porter par les événements, une fille un peu passive qui comme par enchantement, se révèle et se révolte sur la fin.


Je n'ai pas vraiment ressenti le personnage évoluer, ni d'intensité émotionnelle pour l'illustrer, je n'ai pas vraiment vu la dimension allégorique et symbolique, vivement les avis des camarades, ça vient peut-être de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2306
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand   Dim 16 Oct 2016 - 14:25

Je vais me répéter mais elle n'a pas "à se donner" à qui que ce soit car elle n'en a pas envie. Et ce n'est pas ce personnage odieux que tu sembles prendre pour un compagnon qui pourrait lui faire croire le contraire. Les rencontres qu'elle fait ensuite sont très différentes. Donc, oui, je suis d'accord avec toi, ta vision de l'émancipation dans ce livre est grossière car elle est partielle et injuste.
Par ailleurs, je crois que tu n'as pas saisi les intentions des auteurs. Dire qu'ils n'ont pas répondu à tes attentes est autre chose que de penser à leur place. Personnellement, je me contente de les trouver judicieux dans leurs choix, c'est à dire de ne traiter cette période très complexe, et finalement très mal connue, uniquement sous l'angle de leur héroïne. S'il s'agissait de traiter tous les thèmes que tu évoques, il aurait fallu 10 tomes, ce n'est plus le même livre.

Oui, vivement d'autres avis !
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2620
Age : 39
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand   Dim 16 Oct 2016 - 15:03

On en parlait à la dernière réunion à propos de je ne sais plus quelle titre (satanée mémoire) et aussi à travers Salto, le contexte, le personnage. Je crois que lorsque l'on évoque en toile de fond les événements de 68, on ne peut occulter, du moins passer de façon aussi expéditive et avec autant de raccourcis les événements de l'époque et les impacts qu'ils ont pu avoir (ou non) sur leurs protagonistes. Ce n'est pas un livre différent que j'aurai aimé lire, c'est un livre dans lequel cette période laisse une trace dans le cœur et l'esprit de cette jeune fille, pas une banale sortie de trois semaines où elle rencontre une bande de bobos qui vont lui faire découvrir l'amour, le sexe et donc un peu la vie. C'est une vraie réflexion sur l'impact d'un climat social exceptionnel dans un destin qu'on est en droit d'espérer, d'autant plus dans un récit de fiction où des libertés peuvent être prises. Ce livre manque clairement d'ambitions même si je lui en prête certaine qu'il n'a pas vocation de couvrir.
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1761
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand   Dim 16 Oct 2016 - 19:29

Pour se convaincre d'abord que Bégaudeau est un très bon écrivain, il faut lire Entre les murs et Jouer Juste, deux petites perles dont la première à été adapter(brillamment) en film.
Pour se convaincre qu'Elodie Durand est une formidable dessinatrice-auteur de bd, il faut relire la parenthèse, que j'avais beaucoup soutenue au moment de sa sortie.
Je ne pouvais qu'avoir envie de lire Wonder, donc.
Je vois que Can et Joco sont déjà en pleine opposition sur le sujet et je souhaite apporter ma pierre à l'édifice.
Je crois, avec Joco, qu'il n'est pas nécessaire, dès qu'on situe un album dans une époque emblématique, de tout nous raconter.On peut néanmoins faire preuve d'un peu plus de finesse que nos deux auteurs (ils nous y ont déjà habitué !). Bégaudeau choisit d'immerger le lecteur dans l'époque en l’inondant de slogans archi-connus et de clichés d'époque, soulignés par cette usage bien lourd de la couleur. C'est l'anti-"Décris-ravage" !!!
Si la lecture est loin d'être désagréable, on peine à croire que Bégaudeau se cache derrière cette petite bluette sympathique qui manque singulièrement de densité.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3138
Age : 43
Localisation : Dans les starting blocks...
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand   Dim 16 Oct 2016 - 19:49

Superphane a écrit:
Pour se convaincre d'abord que Bégaudeau est un très bon écrivain, il faut lire Entre les murs

on peine à croire que Bégaudeau se cache derrière cette petite bluette sympathique qui manque singulièrement de densité.

ça permet sans doute de relativiser : parfois begaudeau peut être un très bon écrivain.
Revenir en haut Aller en bas
gagadinorux
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 727
Age : 42
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand   Dim 23 Oct 2016 - 14:30

Belle chronique Joco.

Un livre surtout sur la désillusion et sur la confrontation de deux mondes, étudiant et ouvrier, qui vont partager les mêmes révoltes, mais sous des angles et motivations assez différents.
L'émancipation de la jeune fille est réelle, elle découvre qu'une autre vie est possible, qu'elle peut espérer d'autres chemins, expérimenter la liberté et l'insouciance, même si l'on voit qu'elle n'est pas empreinte pleinement d'idéologie révolutionnaire, c'est l'expérimentation d'un parcours plus personnel que politique.
La fin est très troublante, avec son amie, qui la première l'a guide vers une envie de liberté et d'émancipation, et qui se retrouve résignée à reprendre le travail, parce qu'elle considère qu'elle n'a pas d'autres alternatives, parce que mai 68 n'aura été qu'une parenthèse, un petit moment de liberté et de changement, et puis s'en va...
C'est peut-être à ce moment que Wonder-Renée comprend le mieux ce qui a pu se passer, cette désillusion et ironie, et prend réellement conscience que l'on peut échapper à son destin.

Saint-Ouen, ville des anciennes usines Wonder du récit est pour moi synonyme des friches culturelles.
Lieux de résidences d'artistes, d'expérimentations artistiques et de rencontres, installés dans des anciens locaux industriels pour la plupart.
www.mainsdoeuvres.org/-Le-lieu-.html
Ps : pour Joco surtout Smile
Telle était l’ambition initiale des Abattoirs à Riom (et donc bonne continuation à vous!).
http://www.lesabattoirsriom.com/histo_fonct.php


Et pour résumer :

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wonder de François Bégaudeau et Elodie Durand
» François Bégaudeau
» [Bégaudeau, François] Entre les murs
» Les petites gens de Campi et Zabus
» España la vida de Vaccaro ~ Le Roy ~ Jouvray

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: