AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 L'aile brisée de Antonio Altarriba et Kim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2610
Age : 39
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: L'aile brisée de Antonio Altarriba et Kim   Dim 22 Mai 2016 - 20:21

Avouons le d'emblée, cela évitera à certains de rechercher dans les archives du site et du forum, nous n'avions nullement parlé de L'Art de voler, le premier titre du duo Altarriba/Kim, paru en 2011 chez Denoel Graphic.
On pourrait qualifier ce livre comme l'autobiographie d’un suicidé où le scénariste prenait la parole en se glissant dans la vie de son père, pour mieux la raconter et par le même artifice, remonter le fil de l'histoire de l'Espagne du XXème siècle.
Véritable perle, ce livre s'était fortement distingué à sa sortie, nous permettant de revenir sur plusieurs pans de l'histoire d’Espagne, tout en plongeant dans le destin tragique et la vie tumultueuse d'Antonio, le père d'Antonio donc.
A la lecture de l'art de voler, une absence planait pourtant dans le récit, du moins un effacement, comme une mise de côté, celle du personnage de Petra, respectivement femme et mère de nos deux Antonio.
L'ayant à l'époque vécu comme une forme d'injustice, l'auteur nous propose une suite qui n'en est pas réellement une à travers l'Aile brisée qui vient rendre la monnaie de sa pièce au père, héros puis zéro d'une vie qui s'acheva à 90 ans sur le rebord d'une fenêtre d'hôpital.



L'aile brisée c'est la jolie formule trouvée pour qualifier le bras gauche d'un nourrisson martyrisé à la naissance par un père qui a voulu se venger de l'arrivée au monde de cette petite fille qui emporta par la même occasion la bien aimée lors de l’accouchement. Ce père c'est Damian et le premier chapitre lui est consacré, un chapitre fait de rédemption et déjà de soumission en explorant la relation de Petra qui va être élevée par sa sœur et des cousines et un père qui la renie, père incompris et obstiné à développer la culture et le théâtre dans l'Espagne profonde. Pourtant, au fil des années de cette enfance pauvre et perturbée, père et fille vont créer une relation, relation qui donnera le ton de ce que sera la vie de la jeune fille.



Cette vie de femme au service des autres, on la retrouvera parfaitement décrite dans les trois chapitres suivants, le second nous conte la vie de servante puis gouvernante à la capitainerie générale dirigée par Juan Bautista, où bien malgré elle Petra se rapprochera à son tour de certains enjeux politiques de l'Espagne Franquiste où la monarchie tente de se reformer dans les réunions secrètes tenues par le général.
Un travail discret certes mais une implication pourtant réelle, comme un parallèle aux activités engagées d'Antonio qui rencontre donc Petra dans une troisième partie en forme d'écho à l'Art de voler où on revit sur une centaine de pages le destin du couple, depuis la perception de la mère cette fois ci, un nouveau regard apportant une toute autre dimension à la vision proposée dans l'histoire du père.
Le dernier chapitre sera celui d'Emilio, le quatrième homme de la vie de Petra, où peut-être pour la première fois, la femme pieuse et soumise lâchera un peu prise, est ce que cela la rendra plus épanouie ? Pas sur.

Si la lecture de l'Aile Brisée se suffit pleinement à elle même, l’œuvre s'appréciera plus largement dans son intégralité à travers ce diptyque où Antonio Altarriba parvient à raconter les multiples vies de ses parents, multiples et diamétralement opposées quand ces derniers étaient côte à côte, sous le même toit, dans le même lit.
Si l'art de voler interpellait par le côté sulfureux d'un père opposé au régime et à une vie nourrie d'aventures, l'aile brisée se distingue par la discrétion, le courage et les sacrifices d'une espagnole du XXème où le poids de la religion confinait ces dernières à un rôle fort limité. Ce regard plein d'empathie rends ce livre extrêmement touchant et par les renoncements décrits, tout aussi important que son prédécesseur afin de mieux comprendre le destin de cette famille et d'un pays longtemps plongé dans le chaos de ces crises et divisions internes.

Le dessin minutieux de Kim contrebalance au propos parfois trop bavard du scénariste pour rendre un semblant de légèreté et donner un peu d'air au lecteur, le noir et blanc teinté de gris donnent cet aspect documentaire qui convient parfaitement à la narration d'Altarriba qui peut désormais remiser les photos de famille au grenier, la boucle est bouclée.

Revenir en haut Aller en bas
 
L'aile brisée de Antonio Altarriba et Kim
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'aile brisée de Antonio Altarriba et Kim
» [BD] Tintin "Le Lotus Rose"
» Pâte brisée allégée
» Stage Antonio Llamas et Christine Lambert à DAX
» San Antonio (Frédéric Dard)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: