AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Pauline à Paris, de Vidal (flblb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 962
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Pauline à Paris, de Vidal (flblb)   Mer 21 Oct 2015 - 16:23

Alors tout d'abord merci Jérôme pour le prêt, j'attends maintenant avec impatience la disponibilité de l'ouvrage pour avoir le mien rien qu'à moi.

Merci ensuite à Benoît pour ses interventions sur le forum, c'est un plaisir d'avoir ces éclairages sur ton travail.

Je ne rentrerai certainement pas dans le débat de la place du roman photo dans les étagères réservées aux BD ( de toute façon, ya rien de trié dans mes étagères, pourquoi faire nom de Zeus* ?) et j'irai droit au but : donc oui, les histoires mêlées de Pauline et Joséphine m'ont énormément plu.

Déjà parce que c'est par la petite histoire des petites gens, qui me touche bien plus que la grande, que cette dernière fait sens.

Et aussi parce que l'auteur nous donne à voir autant qu'à écouter ; et de même qu'il ne se passe pas grand chose de rock'n roll visuellement lorsqu'on passe un peu de temps auprès des anciens, l'image de Joséphine cent fois répétée nous rappelle que l'essentiel est invisible pour les yeux ( oui , c'est facile mais tellement vrai... )

Touchante est l'histoire de Pauline, cent fois plus l'est la manière qu'a Joséphine de la conter, et mille fois plus encore celle qu'a son petit-fils de nous la livrer ( par les canaux de son choix, personnellement ceux-ci me conviennent parfaitement ).

Je n'avais aucun doute sur la légitimité de "Pauline à Paris" à faire partie de la sélection mensuelle, et cette belle lecture n'a fait que confirmer ce sentiment !


* fallait bien...
Revenir en haut Aller en bas
gagadinorux
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 724
Age : 42
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: Pauline à Paris, de Vidal (flblb)   Jeu 22 Oct 2015 - 22:48

J'adhère particulièrement à l'analyse de feufollet.

La partie la plus réussie et intéressante est le travail sur la déformation de la réalité (qui est l'essence même de l'oralité, qui fait vivre et évoluer les histoires, alors que l'écrit les fige à jamais...), cette enquête qui vient s'inviter au milieu de l'histoire, cette réflexion de l'auteur, ses doutes et interrogations font de ce livre une réussite.
Mais l'histoire racontée par Joséphine m'a moins emporté, et la première partie, mais surtout la fin du livre (les années 40 à Bayeux) m'ont quelque peu ennuyé.
La dernière partie me semble trop descriptive, sans cette recherche d'apporter "un plus", un certain recul et une approche plus singulière au récit, comme cela est très bien fait dans la deuxième partie.

Certains éléments du langage m'ont aussi un peu gêné, je comprends que cela soit une tentative de restranscrire la façon de raconter de Joséphine,
mais cela m'a un peu agacé au fil des pages (les "quoi" "bon"...)

naphtalène a écrit:
l'essentiel est invisible pour les yeux
ben oui... mais faut pas faire du dessin ou de la photo alors Smile

eraserhead a écrit:
Servir son propos, ou servir son lecteur...
Tu en es sûr???
Publier, c'est être lu, c'est vouloir être lu, alors si, le lecteur a une importance plus primordiale que son propre propos.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3101
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Pauline à Paris, de Vidal (flblb)   Ven 23 Oct 2015 - 8:38

ha ha !!
je ne pense pas. Je construirais mon devoir en terminant sur une synthèse "servir son propos, c'est servir son lecteur". je pense que l'inverse est improductif. Un peu d'ennui ou d'incompréhension, c'est bien peu si l'oeuvre qu'on propose tient son cap, son propos, et ne cède en rien sur ce que l'auteur veut (après, on est d'accord, on adhère ou pas, etc...).
Sur Killoffer par exemple, il sert avant tout son propos. C'est profondément respectable, il tient ses engagements, son propos, auquel je n'adhère pas du tout.
Sur Stern on a, quant à la construction narrative, un effet inverse (il me semble). Des promesses, des possibilités, mais un 'auteur' qui lâche l'affaire, fait des choix contestables, peu enviables parce que destinés à plaire au public, et donc appuyés sur des clichés déjà rôdés.
Revenir en haut Aller en bas
Igor13
Jury du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 312
Age : 40
Localisation : Vic-le-Comte
Date d'inscription : 22/12/2012

MessageSujet: un peu tard...   Ven 23 Oct 2015 - 12:40


J'aime les cadrages des photos. Il y a une sorte d'authenticité à la Hara-Kiri.

Les zooms sur l'écorce de l'arbre nous libère l'esprit. Comme dans une conversation où l'on prends le temps d'écouter l'autre et de le laisser repartir sans rien dire.

Alors ok c'est des photos mais dans les cadrages c'est comme de la BD.

J'ai décroché un instant lorsque l'auteur sort de la narration principale pour exposer son processus de recherche de la vérité.
Finalement, j'ai vite replongé dans ce méli-mélo de mémoire collective.
Revenir en haut Aller en bas
Charles Olivier
Comité de sélection du Sheriff d'or


Masculin Nombre de messages : 216
Age : 46
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 24/02/2014

MessageSujet: comme la cavalerie toujours en retard   Mar 27 Oct 2015 - 21:40

J'ai lu ce livre sur la fin du timing.
Je ne participerai pas au débat : est-ce sélectionnable.
C'est touchant, intrigant et beau.
C'est épuisé ; pour longtemps ?
Revenir en haut Aller en bas
gagadinorux
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 724
Age : 42
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: Pauline à Paris, de Vidal (flblb)   Mer 28 Oct 2015 - 7:09

eraserhead a écrit:
ha ha !!
je ne pense pas. Je construirais mon devoir en terminant sur une synthèse "servir son propos, c'est servir son lecteur".

Mais si le propos de l'auteur est justement de servir son lecteur? Smile

Je te taquine eraserhead, (bien sûr) je suis entièrement d'accord avec toi.

Même si cela n'est certainement pas aussi clair, car je doute que Killoffer ne cherche qu'à servir son propos.
Et il existe dans les deux cas (servir son propos, servir son lecteur) de belles réussites comme de beaux échecs!

Je voulais juste souligner l'inextricable relation - pour une œuvre destinée à la reproduction - entre la création et un public.
Revenir en haut Aller en bas
Fred Somda
Stagiaire


Masculin Nombre de messages : 64
Age : 42
Localisation : Cournon
Date d'inscription : 06/02/2015

MessageSujet: Re: Pauline à Paris, de Vidal (flblb)   Mer 28 Oct 2015 - 19:42

Un petit mot pour Fred:
Franchement, si ton projet de 'BD Photo' prend forme, pour le figurant de l'hélicoptère, je me positionne dès aujourd'hui pour le casting!!! (A fortieri s'il y a, en plus, une scène de poursuite en hors-bord, avec l'héroïne..
Pour ce qui est de mon impression sur "Pauline", c'est vrai que ça été une vraie et belle surprise..
Cette histoire, sensible avec en filigrane l'Histoire de notre siècle m'a touché. Et ses "rides", ses imperfections la patine plus qu'elle ne l'abîme.
Est-ce une BD ou pas. Franchement je n'ai aucune idée, intellectualisée sur le sujet.
Très honnêtement, ce que j'ai ressenti, quand je l'ai parcouru, c'est que je lisais une BD. Cela, en soit, n'est il pas suffisant?
Revenir en haut Aller en bas
Manue
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Féminin Nombre de messages : 581
Age : 40
Localisation : sous le soleil exactement
Date d'inscription : 09/04/2014

MessageSujet: Re: Pauline à Paris, de Vidal (flblb)   Ven 30 Oct 2015 - 18:56

Bon j'arrive après la bataille, tant pis ; voici un petit résumé des remarques qui ont retenu mon attention et ce que j'en pense ...

«Je ne suis pas sûr qu'un dessin aurait rendu avec cette authenticité, cette réalité, Pauline. Le propos, c'est justement comment s'échapper de ce corps, » : mais c’est là que peut résider tout la force d’un artiste…un dessin peut tout à fait être réaliste avec ce quelquechose en plus qui est de l’ordre impalpable de la création, qui apporte à une réalité brute …

« La photo, c'est pas la même. ça colle au réel … » : pas forcément, mais dans ce cas précis oui, et c’est ce qui m’a dérangée, j’aurais aimé que Benoit Vidal s’empare aussi de ce réel dans le cadrage, la lumière, qu ‘il joue avec le médium qu’il a délibérément choisi ;

« Les photos de Joséphine, c'est ma relation avec ma grand-mère, que j'allais voir sur sa terrasse et qui me racontait des histoires. Elle ne pouvait plus se déplacer, ou si peu. Et les photos d'archives, c'est ce voyage dans l'histoire, dans le passé, dans un certain imaginaire aussi, ce que j'imagine lorsqu'elle me raconte l'histoire. Car les images d'archives ne correspondent pas à l'histoire vraie de Pauline : Pauline n'allait pas au Moulin-Rouge, elle n'a pas rencontré Victor Hugo etc. C'est moi qui pense à ces images, à ces clichés peut être, lorsque Joséphine me parle.
Et tout ça, le dessin n'aurait pas permis de l'illustrer… » : pourquoi pas ?

« Le roman-photo est un média, un genre littéraire, largement sous-exploité, et il y a tout à créer… »
« Mais "en avant le roman photo !" comme dirait mon éditeur (Flblb). Soyons fous, tentons tout, il y a tant à inventer... Et la technologie permet de plus en plus de choses... » : en effet , il y a beaucoup à faire, c’est là que j’aurais aimée être surprise, qu’il se passe quelquechose dans la forme même de ce roman-photo ;on a beaucoup discuté de la légitimité de ce livre dans notre sélection BD, mais peu de sa forme je trouve ...

« En tous cas, quelle que soit la case dans lequel on range ce livre, ce qui me fait le plus plaisir, c'est que des lecteurs me disent qu'ils ont été émus en le lisant. C'est quand même ça le plus important.  .. » : alors là, pas de doute je l’ai été, quelle chance pour l’auteur d’avoir une grand-mère pareille,  et inversement, grâce à son petit fils , la mémoire de Joséphine sera toujours préservée et partagée désormais par d’autres, la transmission perdurera ,  c’est un geste d’amour et de création magnifique, rien que pour cela ce livre est une réussite. Bravo et Merci à Benoit Vidal pour ses interventions sur le forum.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pauline à Paris, de Vidal (flblb)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pauline à Paris, de Vidal (flblb)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Pauline à Paris, de Vidal (flblb)
» Pauline, Demoiselle des grands magasins de Gwenaële Barussaud
» Avis de marché - Paris - église Ste Marguerite - Lot 1 peinture murale
» [PARIS] : boutique l'archimage
» [Débat] L'implantation de Disneyland Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: