AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Reprobus, de Markus Färber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1756
Age : 45
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Reprobus, de Markus Färber   Mar 21 Avr 2015 - 21:04

Saint Christophe, patron des voyageurs, est le plus communément représenté portant l'enfant Jésus sur son dos.
Géant voyageur désireux de servir le plus grand roi du monde, il rencontre, après maints périples,  un ermite lui proposant d'aider les pauvres gens à franchir un torrent furieux. Une nuit, faisant traverser un enfant, il sent celui-ci peser sur lui comme un fardeau mais évite de justesse la noyade. C'est bien le Christ, créateur du monde – et donc, le monde tout entier – que Christophe, vient de porter. Aussitôt baptisé, Christophe n'aura de cesse de répandre la parole du Christ jusqu'à son martyr.

Personnage légendaire évoqué également dans des récit orientaux voire païens, Christophe s'appelle d'abord Reprobus, le réprouvé, le mauvais. Il apparaît alors en monstre cynocéphale, venant des confins du monde. Popularisé au moyen-âge par Jacques de Voragine dans la légende dorée qui conte la vie d'un grand nombre de saints, il s'apparente alors à un monstre d'une brutalité incroyable désireux de se soumettre au plus puissant des seigneurs.

Jadis, une créature venue des confins orientaux du monde se mit en quête du plus puissant de tous les souverains.

Ainsi commence le Reprobus de Markus Farber, géant anthropophage, être fabuleux, désireux de mettre sa force et sa brutalité au service du plus fort.
Croisant le récit légendaire et sa propre réinterprétation du mythe, Farber déroule deux récits parallèles et imbriqués.
Sur fond blanc, il reprend scrupuleusement l'histoire du géant à tête de chien se soumettant d'abord au plus riche des souverains, puis au diable, chef de guerre redouté. Voyant ce dernier trembler devant une croix, Reprobus le quittera pour « se mettre en quête de celui qui jadis avait vaincu la mort elle-même ».
Sur fond noir, Farber se réapproprie le mythe pour faire de Reprobus un être venu de l'autre côté du fleuve. Le monde est scindé en deux : celui de Reprobus, monde des mythes et des chimères, monde quasi paradisiaque,sans cesse animé et « rempli d'histoires », et celui des mortels, terriblement froid et sombre, où l'on s'entasse dans des villes verticales et fumantes.
Deux mondes que tout oppose.
Reprobus sera le passeur ; Celui qui aidera le Christ à franchir le fleuve pour constater que l'homme,  vaniteux, a perdu son innocence. Le monde de l'imaginaire est appelé à disparaître et sera remplacé par le monde des morts.

Premier livre de Markus Farber, publié en Allemagne en 2013 et aussitôt repéré comme l'un des plus beaux livres publiés cette année-là, Reprobus propose un récit double, mélangeant la légende et la lecture contemporaine qui peut en être faite, en adoptant deux styles graphiques impressionnants qui collent au projet : le récit légendaire imite la gravure sur bois en rappelant les dessins à la craie de Keith Haring alors que sa réappropriation se teinte de grands à-plats noirs et de gris tout en nuances subtiles, laissant apparaître des paysages nocturnes étranges et plein de profondeur. On pense aux expressionnistes allemands mais aussi à David B., dont l'influence graphique est souvent palpable.
Le récit, simple et claire, bénéficie d'un découpage ultra-efficace, dynamique, et nous renvoie à l'essentiel : tenter de saisir la vérité qui se cache sous le vêtement du mythe.
Un livre magnifique qu'on prend donc plaisir à réinterroger sans cesse, et complété par une postface éclairante.

If the Myths have gone away, will the stories ever stay in our time ? (Mice Parade)

Le site de l'auteur : http://holob.blogspot.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2608
Age : 38
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 22 Avr 2015 - 8:17

Lisez la chronique de Superphane, elle nous en apprendra bien plus que le livre et elle se veut surtout largement plus intéressante.

Je veux bien de livres qui laissent le libre arbitre et l'interprétation au lecteur, j'aime parfois être aussi pris par la main faute d'être porté sur le dos de quelqu'un. Malgré deux lectures, Je suis resté ici à quai, tout juste ébloui par les belles planches et une post face explicative, on en voit de plus en plus, comme si il fallait toujours expliquer ce que l'on vient de lire, parfois ça nous éclaire, parfois ça nous agace, parfois les deux.
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4726
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 22 Avr 2015 - 8:25

C'est vrai que la chronique est éclairante, comme l'est la postface du livre. Cette dernière est même nécessaire à la compréhension des intentions, ce qui n'est pas forcément une bonne nouvelle…
Malgré une approche graphique très esthétique (esthétisante ?), j'ai toutefois trouvé les pages difficiles à lire, surchargées.
Mais bon, Saint-Christophe vs Charon, ça vaut quand même le coup d'œil Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3087
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 22 Avr 2015 - 9:19

eh allons donc.
je préfère ne rien dire, et acter le fait que nous ne serons jamais en accord. Dès qu'un livre dépasse un peu du cadre, c'est la bronca, dès qu'il ne nous dit pas tout, c'est quand même exagéré.

Ce livre est magnifique. Graphiquement parfait. Il laisse une grande place au lecteur, il est plein de poésie (assez sombre).
On se fiche de la postface, sincèrement. Si on n'est pas capable de lire un livre sans sa postface, il faut qu'on se remette en question : elle apporte plein de renseignements, mais pas sur les intentions de l'auteur. Elle apporte plein de renseignements sur les différentes histoires qui amènent à ce livre. Quand je lis un livre, c'est comme une porte ouverte sur ce dont il parle. Je ne suis pas obligé d'y entrer, pas obligé d'y trouver non plus toutes les réponses à l'univers qu'il me propose. Si je veux une visite guidée, je lis Max Gallo.

Il existe une récente bio de Saint Christophe :



Préférez peut-être cette lecture, et après on parlera de l'album, de son approche de la mythologie, de sa poésie, de son efficacité narrative...
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4726
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 22 Avr 2015 - 9:46

Tu préfères ne rien dire, mais tu dis quand même Wink
Je reconnais que je suis un peu con et que j'aime bien qu'on m'explique ce qu'on est en train de faire quand je ne connais pas la légende, en l'occurrence celle de Saint-Christophe. Pour la remise en question, c'est une posture que j'ai adoptée depuis toujours et qui fait sans doute que vous puissiez (je me plais à le croire) profiter aujourd'hui d'une grande et belle librairie de bd qui répond à vos attentes et d'une action culturelle un petit peu pas dégueu qui vous permet de rencontrer pléthore d'auteurs pas forcément tous inintéressants. Autrement je serais encore dans mon petit local de 35 m². Ça, c'est pour la partie professionnelle. Mais sache qu'en tant qu'individu, malgré ce qu'on peut peut-être croire, je suis quelqu'un qui doute en permanence.
Tout ça pour dire qu'il faut que tu admettes qu'on ne puisse pas avoir tous la même démarche en tant que lecteur. Tu expliques très bien quelle est la tienne. Sache que ça ne pourra jamais être la mienne. Nous avons rarement les mêmes jugements à propos des livres, jamais les mêmes à propos de musique. Je sais pertinemment que je ne te convaincrai jamais et que le seul ici capable de le faire est Superphane. Pas grave, ça ne nous empêche pas de rigoler, et c'est bien là l'essentiel.
Je réaffirme donc que j'ai eu besoin de cette postface pour comprendre et aimer davantage ce livre, qu'elle a éclairé la seconde lecture que j'en ai eu. Et graphiquement, il est loin d'être parfait.


Dernière édition par fred le Mer 22 Avr 2015 - 9:56, édité 1 fois (Raison : orthographe)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3087
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 22 Avr 2015 - 9:51

oui, c'est vrai, j'ai dit quand même... (c'est mieux, c'est que j'ai un tout petit peu digéré ce que j'ai lu en écrivant Wink )

Je réagissais surtout au message de Canou qui disait que la critique de Superphane est bien mieux que le livre !! Avec tout le respect dû à Superphane, je ne suis pas d'accord.
Et aussi, j'essayais d'insister sur le fait que la lecture de ce livre peut se faire sans la postface : nous en reparlerons plus aisément mercredi bounce
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1756
Age : 45
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 22 Avr 2015 - 10:22

Je confirme que Markus Färber a plus de talent que moi (il faut dire qu'il a également pris plus de temps à écrire son livre que moi ma chronique...).
Revenir en haut Aller en bas
fabulous
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2438
Age : 34
Localisation : ... avec Mam'zelle Bulle ...
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 22 Avr 2015 - 15:22

eraserhead a écrit:
Si on n'est pas capable de lire un livre sans sa postface, il faut qu'on se remette en question

Par rapport à ça, et sans parler spécifiquement de Reprobus, je trouve que c'est un peu facile : si la postface devient nécessaire voire même indispensable, alors le lecteur n'est peut être pas le seul à avoir besoin de se remettre en question.

Can exagère en disant que la chronique est plus intéressante que le livre mais tu en fais autant en niant la nécessité de la postface pour les lecteurs qui n'ont pas ton érudition en mythologie. Il t'est assez facile de prétendre cela puisque tu connais et maitrises le sujet et c'est tant mieux pour toi, mais aussi pour nous à qui tu fais partager cette connaissance. Tu as visiblement du mal à saisir l'incompréhension de ceux, dont je fais partie, qui ne connaissent rien à tout cela et qui sont, au moins partiellement, largués jusqu'à la lecture de la postface en question. En revanche, je suis d'accord avec toi concernant le graphisme qui est tout à fait impressionnant.
Je ne sais pas si je suis très clair mais j'essaie de mon mieux.

_________________
"Tout enfant, j'ai senti dans mon cœur deux sentiments contradictoires : l'horreur de la vie et l'extase de la vie." Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3087
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 22 Avr 2015 - 16:53

non, sincèrement, je n'y connais rien du tout ! Mais ça ne pose pas de problème et ça me donne envie d'en savoir plus, indéniablement. Mais ça n'est pas au livre de m'en apporter plus, lui a déjà fait son boulot de fascination, et d'imprégnation.

Que Can exagère, je le sais bien, et c'est de bonne guerre (mais guerre quand même!).
Revenir en haut Aller en bas
fabulous
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2438
Age : 34
Localisation : ... avec Mam'zelle Bulle ...
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 22 Avr 2015 - 19:37

eraserhead a écrit:
non, sincèrement, je n'y connais rien du tout ! Mais ça ne pose pas de problème et ça me donne envie d'en savoir plus, indéniablement.

Difficile quand ,sans la postface, tu ne sais pratiquement pas de qui il parle, non ? j'exagère peut-être ?

_________________
"Tout enfant, j'ai senti dans mon cœur deux sentiments contradictoires : l'horreur de la vie et l'extase de la vie." Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 958
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 22 Avr 2015 - 20:31

En le feuilletant vite fait lors de la dernière réunion, c'est l'image d'Anubis qui m'est revenue en force, des livres de mythologie que je dévorais gamine. Lui aussi était un passeur d'âmes, je pense qu'il a traversé les siècles et les continents sans problème avec sa tête de chien.
Mon petit mode d'emploi : ne pas lire la chronique, lire le bouquin ( postface incluse évidemment) , lire la chronique de Superphane, relire le bouquin ( absolument nécessaire si l'on veut se sentir un peu moins bête ).
Cette seconde lecture, agrémentée des éclairages de chacun, prend sens et saveur, car la première fut quand même très énigmatique.
De là à embrayer sur une troisième, il n'y eut qu'un pas, franchi allégrement et avec un certain soulagement. Je comprends vite quand on m'explique longtemps, à chacun sa fulgurance Wink .
J'aime beaucoup l'obscurité et les décors inquiétants du monde imaginé, un peu moins le graphisme façon enluminures de la légende relatée. J'aime beaucoup la représentation de l'enfant/vieillard et de son auréole greffée sur le crâne comme une poignée ( pratique, non ?)
J'ai découvert les fondements de la légende de Saint Christophe et j'en suis ravie, il est toujours bon d'apprendre
Toutefois je ne me suis sentie ni portée, ni emportée par ce récit, contemplé avec plaisir et suivi avec intérêt, mais à distance tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2608
Age : 38
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Jeu 23 Avr 2015 - 9:46

Ben, si je vous dis que j’exagérais à peine ?
Cela me dérange vraiment d'avoir recours à une annexe, une chronique pour comprendre à minima un livre que j'ai pourtant lu deux fois ! Je sais que je n'ai ni les références, ni la connaissance pour appréhender le propos, je ne veux pas non plu d'un livre "St Christophe, pour les nuls". Bref c'est toujours intéressant d'apprendre, même si comme Naphta, je suis et resterai sans doute à distance d'un sujet et d'une légende bien trop éloigné de moi. Pour en revenir à l'aspect BD pur et dur, je trouve que ce livre a de belles qualités, je pense que la froideur du propos en est une même si elle le dessert par moment.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3087
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Jeu 23 Avr 2015 - 10:01

C'est drôle d'ailleurs qu'on soit plusieurs à rester à distance, parce que je trouve que ce livre a de réelles qualités lyriques, voire pathétiques.
Revenir en haut Aller en bas
feufollet
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Féminin Nombre de messages : 551
Age : 39
Localisation : brioude
Date d'inscription : 31/01/2015

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Jeu 23 Avr 2015 - 12:25

Je ne sais pas encore pourquoi, mais la lecture de ce livre m'a procurée beaucoup de sentiments très forts, dans des tonalités de tristesse et d'angoisse. Ce n'est pas négatif - car j'aime être émue, même si ce n'est pas par de la joie. Je pense que c'est vraiment dû au graphisme très particulier de ce livre (tous ces longs traits ressemblants à des vers... pale ) et à tous ces visages à la Munch.
Je n'ai pas eu de problème de compréhension ; j'ai eu l'impression d'une errance poétique et brutale, un peu à la Rimbaud dans "Le bateau ivre". Et je me suis laissée emportée dans le ressac.
Il y a plein de cases où je n'ai pas su lire le dessin, mais le sentiment était quand même transmis, message abstrait.
Bien sûr la postface m'a ensuite éclairée sur certains points restés dans l'ombre - mais rien d'indispensable ne manquait, en ce qui me concerne.
Revenir en haut Aller en bas
Manue
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Féminin Nombre de messages : 581
Age : 40
Localisation : sous le soleil exactement
Date d'inscription : 09/04/2014

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 29 Avr 2015 - 7:37

Je rejoins le camp des déçus, pourtant j ‘y croyais  puisque je l’ai acheté les yeux quasi fermés , la couv  et la présentation de Superphane lors de la précédente réunion étaient suffisamment séduisantes pour que je craque …mais non, je suis déçue quand même …d’accord pour dire que ça devient un peu agaçant de voir des postfaces apparaître dès lors qu’une œuvre se veut un peu complexe, voire hermétique , on sent qu’il faut bien justifier le travail de l’auteur, le rendre plus compréhensible, ok c’est toujours enrichissant et instructif , mais ici j’ai l’impression de me retrouver face  au joli travail de fin d’année de je ne sais quel étudiant sorti des beaux-arts , défendu par sa prof d’histoire de l’art … je dis joli d’ailleurs pour les compositions  sombres et notamment les premières pages, car les celles sur fond blanc ne m’ont pas si convaincue que ça, j’ y est moi aussi vu du Keith Haring, et le pop art/street art appliqué à la légende de Saint Christophe,  je trouve ça un peu léger, tout comme les découpages que je trouve plutôt classiques, j’imagine qu’il y aurait eu beaucoup plus de références iconographiques dans lesquelles aller puiser avec un sujet si  profondément inscrit dans l’histoire des arts… l’auteur a joué la carte de l’épure, mais j’ai comme un  sentiment d’imposture  Twisted Evil , pour moi il y a un manque de profondeur dans tout ça, un manque d’appropriation, l’auteur a échoué à me faire entrer dans son monde, j’aurai du pouvoir  le comprendre , avec ou sans postface . Je reste convaincue qu’une oeuvre réussie, c’est une œuvre qui sait être reçue, perçue de façon quasi immédiate ,  pas forcément dans sa totalité, mais au moins en partie, il doit y avoir une accroche , ici je suis restée extérieure à elle .
PS : le visite de son blog me confirme les tendances street art de l’auteur, je constate qu’il applique la même recette graphique  à ses différents supports de travail, et ça, ça me déplait fortement… Je repense à Xavier Mussat, qui  ne supporte plus son dessin, refuse de s’enfermer dans un système et attends de trouver autre chose, pour une prochaine œuvre peut-être… un artiste, un vrai.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3087
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 29 Avr 2015 - 12:15

Manue a écrit:
Je reste convaincue qu’une oeuvre réussie, c’est une œuvre qui sait être reçue, perçue de façon quasi immédiate ,  pas forcément dans sa totalité, mais au moins en partie, il doit y avoir une accroche

avec une telle définition, je suis ravi (vraiment) de voir accéder au rang de chef d'oeuvre Le Gendarme En Balade, On N'Est Pas Sorti De L'Auberge, et Camping 2.
Revenir en haut Aller en bas
fabulous
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2438
Age : 34
Localisation : ... avec Mam'zelle Bulle ...
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 29 Avr 2015 - 13:05

Ah, pour ma part, je préfère le premier Camping, l'œuvre originale en somme.

_________________
"Tout enfant, j'ai senti dans mon cœur deux sentiments contradictoires : l'horreur de la vie et l'extase de la vie." Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Manue
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Féminin Nombre de messages : 581
Age : 40
Localisation : sous le soleil exactement
Date d'inscription : 09/04/2014

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 29 Avr 2015 - 13:56

J’attends le 3 avec impatience …

Bien sûr je parlais d’œuvres qui ont un minimum d’intérêt artistique, comme je le pensais pour ce Reprobus … il ne suffit pas de faire trois références à un sujet classique, sans y apporter grand chose de plus, et de l’envelopper d’un graphisme séduisant …
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1756
Age : 45
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mer 29 Avr 2015 - 14:18

Il fallait lire :
"Tous les films réussis font partie de l'ensemble des films qui ont une accroche". La réciproque n'est pas vraie.
Je l'avais bien compris comme ça et ne me sens donc pas obligé d'inclure dans la liste des chefs d'oeuvres les films susnommés.

Je ne partage pas pour autant l'avis de Manue. J'ai déjà dit souvent que des grands livres ou de grandes oeuvres nécessitent un bagage culturel qui parfois me fait défaut. J'accepte alors facilement qu'on m'explique. J'ai, par exemple, pris quelques renseignements sur Milton avant de m'attaquer au paradis perdu. Je ne vois pas vraiment où est le problème, d'ailleurs.

Ersaerhead, sois sage !
Revenir en haut Aller en bas
Charles Olivier
Comité de sélection du Sheriff d'or


Masculin Nombre de messages : 216
Age : 46
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 24/02/2014

MessageSujet: emouvoir et expliquer   Dim 10 Mai 2015 - 14:21

« Entre la queue du tigre qui s'en balance
Et le Saint-Christophe pour la prudence
Y'a la photo de mes marmots
J'aurais dû rentrer plus tôt »
Ce grand barbu avec un bambin sur les épaules (j’ignorai qu’il s’agissait du Christ) que l’on voit parfois dans les taxis m’était familier ; son nom me renvoyait l’image (bien vague aujourd’hui) d’un porte clef que je voyais souvent (où ?). Pourquoi j’ai retenu cette chanson de Bashung de mon enfance ? Surement parce que c’était un de mes premiers vinyls, qui avec ACDC et Trust avait déclenché incompréhension, inquiétude et une belle engueulade à la maison.
Le graphisme m’a touché instantanément, voir un peu écrasé. Le gigantisme prend chair, devient vivant. Mais pour comprendre le sens il me faudra plusieurs lectures.
J’ai besoin d’être ému, sans explications ni cours magistral. Ce qui n’empêche pas de se pencher sur des notes pour apprendre. Il est indispensable de se savoir ignorant pour apprendre. Les « sachants » ne progressent pas. Ce qui me gêne, c’est quand l’explication est indispensable pour faire passer l’émotion.
Et de l’émotion, il y en a dans ces planches.
Revenir en haut Aller en bas
Nico
Stagiaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 81
Age : 37
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 31/01/2015

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Lun 11 Mai 2015 - 8:44

Le dessin dense, épais, riche en matières, comme sculpté dans des bloc de noir et de bleu très minéral, suffi aux premières vibrations. Vient ensuite le parcours de Reprobus, bête touchante venu d'un monde bien plus réjouissant que celui d'après  baptême. Je lis dans ce chemin un constat au accents critique du mal qu'a fait le christianisme au monde païen. Franchement le campement de Reprobus donne plus envie d'y passer quelques jours de vacance, que la ville qu'il arpente avec ce gamin tête à claque, qui voie la faute partout ! Le sauveur en y regardant de prêt à des allures de bourreaux condamnent Reprobus à l'exil et son monde à la mort. Cette façon de transformer son bâton pilier en arbre de la connaissance, condamne le désormais Christophe à la servitude. Pauvre Reprobus tentant de rejoindre son monde… un beau désespoir hante ce livre sombre, et moi ça m'a touché, avec ou sans postface (malgré tout éclairante sur la légende de Saint Christophe, et très pénible quand elle explicite les intentions de l'auteur).

J'aime la conception façon "puzzle" (comme dirait Blier) du récit. J'ai eu beau lire le bouquin trois fois il me manque des pièces pour finaliser le motif voulu par l'auteur, mais ça ne ma pose pas de problème. J'ai des accroches dans ce livre et ne pas en saisir tout le propo immédiatement me plait assez et permet au récit de ne pas s'épuiser à mesure que je le lis. 


Allé manque peut être quelques pièces au puzzle pour donner à ce livre l'ampleur que mérite son sujet, mais c'est quand même pas si mal !
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4726
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Lun 11 Mai 2015 - 9:32

C'est marrant, Charles, moi aussi quand j'entends Saint-Christophe je pense à cette chanson (je pense d'ailleurs souvent aux chansons d'Alain).
Pareil aussi avec les disques d'AC/DC Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
Fred Somda
Stagiaire


Masculin Nombre de messages : 64
Age : 42
Localisation : Cournon
Date d'inscription : 06/02/2015

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Mar 12 Mai 2015 - 20:29

(Je vous invite tous à revoir "Terrain miné" de et avec Steven Seagal", sorti en salle en 1994, dont il existe une version française, très habilement traduite.Son absence de la liste des oeuvres citées pus haut me laisse dubitatif..)

C'est drôle ce débat sur la postface..
D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours beaucoup aimé lire. Et jamais lu, ni préface, ni postface. La préface m'emmerdait parce que ce que je voulais, c'était juste lire le bouquin que j'avais choisi, écrit (ou dessiné) par l'auteur que j'avais choisi, et qu'elle était un obstacle entre lui et moi. La postface, quand il y en avait, m'indifférait parce que le livre m'avait plu ou consterné, et qu'elle n'y pouvait plus grand chose.
Alors, aujourd'hui, je fais l'effort. Un peu plus. Même si mon impression est que cette fameuse postface incommode plus ceux qui n'ont pas accroché, "faites un effort, on va vous expliqué pourquoi ce livre est génial", que les autres que les pages ont émus..
Je ne suis pas sûr, en lisant Reprobus, d'en avoir compris tout le sens. De Saint Christophe, je ne connaissais pour ainsi dire rien. (Même pas la chanson de Bashung, j'ai honte!!) Et mes références picturales, sont bien maigres, une fois dépassés mes vagabondages dans des musées et monuments, ou bien d'autres avant moi ont traîné leurs guêtres.
Bon.. J'ai abordé avec un peu de curiosité Reprobus. Le nom m'intriguait, les pages, feuilletées distraitement aussi. Les premiers mots m'étaient hermétiques. Et la postface, dans cet instant, bien impuissante à m'orienter. Car c'était bien à l'alcool d'un vin, gorgé de soleil, que je devais cette perplexité initiale.
Puis j'ai trouvé de la couleur dans ces noirs. De la force dans un texte, pourtant réduit à son plus simple appareil. Des paroles nues. Quelque chose, comme une mélancolie, qui nous étreint un peu plus au fil des pages, jusqu'à ces masques figés. D'hommes dépassés par la démesure de leur propre inhumanité?
Un peu comme Feufollet, un peu comme Charles Olivier, j'ai ressenti une vraie émotion à la lecture de ce livre. Et beaucoup aimé son dessin.
Revenir en haut Aller en bas
Charles Olivier
Comité de sélection du Sheriff d'or


Masculin Nombre de messages : 216
Age : 46
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 24/02/2014

MessageSujet: pas question que j'perde le feeling   Ven 15 Mai 2015 - 2:29

J'ai remarqué que l'œuvre d'un artiste qui nous touche finit par faire corps avec nous, et nous habiter ; des chansons, des images surgissent alors spontanément.
Pour Bashung, une histoire me reste gravée : quand Brassens est mort, je me souviens du journaliste résigné de France Inter dire "ben oui, Brel, Brassens partis, il va falloir faire avec des gens comme Bashung maintenant !" ; et 30 ans après, au décès de Bashung, tous les journalistes de se pâmer devant l'œuvre d'Alain.
Ben ouais, on a vachement bien fait avec même, hein ?!
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3087
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   Ven 15 Mai 2015 - 7:25

et une fois bashung parti, il faut faire avec qui... ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Reprobus, de Markus Färber   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reprobus, de Markus Färber
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Reprobus, de Markus Färber
» "La voleuse de livres" de Markus Zusak
» LA VOLEUSE DE LIVRES de Markus Zusak
» Underworld : Markus buste et statue
» La délicatesse, chapitres 100 à : "Markus ne termina pas sa phrase, il laissa son poing la finir à sa place".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: