AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 La Passion de Dodin-Bouffant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fabulous
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2438
Age : 34
Localisation : ... avec Mam'zelle Bulle ...
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: La Passion de Dodin-Bouffant    Jeu 27 Nov 2014 - 8:42



Les modes ont parfois du bon, sans celle de la cuisine, je n'aurai jamais découvert Dodin-Bouffant et son légendaire pot-au-feu.

Dodin-Bouffant est un gastronome, un fin gourmet chez qui l'art de la table est proche d'une religion. Depuis bien longtemps déjà, son intransigeance lui a imposé de se couper des autres prétendus gastronomes, tous des blasphémateurs sauf trois amis : Beaubois, Rabaz & Magot. La prêtresse de cette religion est sans conteste sa cuisinière Eugénie Chatagne qui, elle-seule, réussit à transformer les recettes et exigences de Dodin-Bouffant en œuvre d'art éphémère.

Lorsque cette dernière décède, c'est toute la vie de Dodin-Bouffant qui se trouve ébranlée, il faut à présent trouver une remplaçante mais la tâche semble bien insurmontable. L'apparition d'Alice, la future madame Dodin-Bouffant, va fort heureusement résoudre cet épineux problème. Eugénie ne disparaît pas tout à fait, puisqu'elle reste présente dans les pensées et les rêveries de Dodin-Bouffant pour le guider dans ses nouvelles préoccupations.

La philosophie de la cuisine de Dodin-Bouffant va se confronter à celle du prince d'Eurasie sous la forme d'un concours. Le prince semble commettre toutes les erreurs les plus impardonnables : de bons produits mais pas de respect, de bonnes sauces mais les mêmes pour tous les plats sans distinctions et surtout l'ordre des plats qui ne répond pas à la règle établie par Brillat-Savarin dans son onzième aphorisme : « L'ordre des comestibles est des plus substantiels aux plus légers. »

Jean-Anthelme Brillat-Savarin est un magistrat français, mais aussi (et surtout) un gastronome et un épicurien de la fin du dix-huitième siècle auteur de La Physiologie du goût ou Méditations de gastronomie transcendante qui est introduit par vingt aphorismes qui garde sens aujourd'hui (vous les trouverez en fin de post). Il fut certainement une source d'inspirations pour Marcel Rouff lorsqu'il écrivit La Vie et la passion de Dodin-Bouffant, gourmet. Avec son ami Curnonsky, il écrivit La France gastronomique. Guide des merveilles culinaires et des bonnes auberges françaises et surtout fonda l'Académie française des gastronomes.

Je trouve que cette adaptation est une vraie réussite, par le dessin, Burniat réussit a nous faire sentir et ressentir toute la sensualité des plats et les humeurs des personnages.


Bon appétit.



I. L'Univers n'est rien que par la vie, et tout ce qui vit se nourrit.

II. Les animaux se repaissent ; l'homme mange ; l'homme d'esprit seul sait manger.

III. La destinée des nations dépend de la manière dont elles se nourrissent.

IV. Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es.

V. Le créateur, en obligeant l'homme à manger pour vivre, l'y invite par l'appétit, et l'en récompense par le plaisir.

VI. La gourmandise est un acte de jugement, par lequel nous accordons la préférence aux choses qui sont agréables au goût sur celles qui n'ont pas cette qualité.

VII. Le plaisir de la table est de tous les âges, de toutes les conditions, de tous les pays et de tous les jours ; il peut s'associer à tous les autres plaisirs, et reste le dernier pour nous consoler de leur perte.

VIII. La table est le seul endroit où l'on ne s'ennuie jamais pendant la première heure.

IX. La découverte d'un mets nouveau fait plus pour le bonheur du genre humain que la découverte d'une étoile.

X. Ceux qui s'indigèrent ou qui s'enivrent ne savent ni boire ni manger.

XI. L'ordre des comestibles est des plus substantiels aux plus légers.

XII. L'ordre des boissons est des plus tempérées aux plus fumeuses et aux plus parfumées.

XIII. Prétendre qu'il ne faut pas changer de vins est une hérésie ; la langue se sature ; et, après le troisième verre, le meilleur vin n'éveille plus qu'une sensation obtuse.

XIV. Un dessert sans fromage est une belle à qui il manque un œil.

XV. On devient cuisinier, mais on naît rôtisseur.

XVI. La qualité la plus indispensable du cuisinier est l'exactitude ; elle doit être aussi celle du convié.

XVII. Attendre trop longtemps un convive retardataire est un manque d'égard pour tous ceux qui sont présents.

XVIII. Celui qui reçoit ses amis et ne donne aucun soin personnel au repas qui leur est préparé n'est pas digne d'avoir des amis.

XIX. La maîtresse de la maison doit toujours s'assurer que le café est excellent ; et le maître, que les liqueurs sont de premier choix.

XX. Convier quelqu'un, c'est se charger de son bonheur tout le temps qu'il est sous notre toit.


_________________
"Tout enfant, j'ai senti dans mon cœur deux sentiments contradictoires : l'horreur de la vie et l'extase de la vie." Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
 
La Passion de Dodin-Bouffant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La poésie, ma passion.
» La lecture, ma passion
» PASSION - CHEVRONS
» Passion de Sable, de Rebecca Moleray
» [En vote!] Miss Passion BJD 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: