AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ma révérence de Lupano et Rodguen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4720
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Mar 1 Oct 2013 - 13:52




Quand j'aurai mis vingt ans
À voir que tout était mirage
Je tire ma révérence
*

Vincent a mis moins de temps, mais il en est arrivé à la même conclusion. Autour de lui et comme partout, c'est la panique et la haine ordinaire ; le racisme paternel, le discours d'un président sur l'héritage cynique de mai 68, le ballet des laissés pour compte et noyés du quotidien…
Il n'est pas fier de tout, Vincent. Il a dilapidé au Sénégal un petit héritage et mis enceinte la jolie Rana ; il a fuit, il est retourné à la case départ et s'est débattu tant bien que mal avec différentes sortes de leviers que l'Afrique lui avait fait oublier. Maintenant il est victime du syndrome de la balle de jokari et ne sait plus trop à quelle paire de seins se vouer. L'idée fumeuse, celle qui va lui faire gagner du blé et reconquérir Rana, elle va lui venir de ces paumés qu'on ne finit jamais de croiser à chaque coin de rue, dans tous les bars ; elle va germer au contact de deux gars encore plus à la ramasse que les damnés ordinaires : un convoyeur de fonds et un beauf exécrable et magnifique, enfant de « l'Amérique de Dick Rivers et Johnny Hallyday ».
La recette du duo complémentaire est une technique narrative éprouvée depuis la nuit des temps. La Belle et la Bête, Laurel et Hardy, Don Quichotte et Sancho Panza, Perrin et Campana, les exemples ne manquent pas. Ça eut fonctionné, ça fonctionnera toujours, un peu comme l'équilibre entre le yin et le yang peut garantir le bien être. Vincent est le narrateur. Son sens de l'humour n'a d'égal que la qualité de ses formules. Il a de la culture, il est fin, tout ce qui manque à Gaby Rocket, l'homme aux santiags à talons biseautés. Impliquer ce dernier dans son projet semble à Vincent une évidence tant il a bien assimilé le truc de la complémentarité des contraires appliqué à la réussite des histoires . Et la préparation du braquage, en même temps qu'elle le stimule dans son quotidien et lui active des neurones en léthargie, l'amuse beaucoup lorsqu'elle le confronte à l'idée de l'existence d'une fatalité pour les perdants.
Je l'avoue sans restriction : jusqu'à ce livre, Lupano ne m'avait jamais convaincu. Du manichéisme de genre d'Alim le tanneur jusqu'à l'embryonnaire Singe de Hartlepool, et bien que mesurant le potentiel de l'artiste, je trouvais toujours quelque chose à redire de ses scénarios. Je suis plutôt heureux aujourd'hui de pouvoir tenir ce livre et saluer sa réussite. Le sujet est casse-gueule au possible, d'aucuns auraient eu tôt fait de tomber dans la boue de la misère sociale et du désespoir commun. Lupano évite les flaques avec un certain brio, louvoyant grâce à l'humour, la désinvolture et la digression. D'une manière assez subtile, il fait passer Vincent du coq à l'âne, dicte à la narration plusieurs lignes de couture et, tandis que les pièces se joignent l'une à l'autre, l'habit prend forme. Il faut dire que le tissu proposé par Rodguen, dont c'est là la première grande bande dessinée, est de la meilleure des fabrications. Aisance, dynamisme et mouvement en composent l'étoffe, liberté d'un trait oscillant entre sagesse et lyrisme en assure le maintien.
Ma révérence est une toute belle bd de petit format mais à forte pagination, rythmée à souhait, drôle et attachante ; un plongeon d'un rocher de trente mètres de hauteur, libéré des figures imposées et réalisé avec style et souplesse.


* Véronique Sanson, Ma révérence










Dernière édition par fred le Dim 13 Oct 2013 - 17:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2595
Age : 38
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Mar 1 Oct 2013 - 18:39

On parlait du plaisir de lire des bandes dessinées le mois dernier avec Tyler cross et c'est un joli prolongement en terme d'éclate de lecture que nous propose là le duo Lupano-Rodguen.
Je serai plus indulgent que Fred à l'encontre du scénariste qui , à l'exception d'Azimuth , enchaîne les bons albums en confirmant ici qu'il n'aime toujours pas les armes à feux et en déployant comme dans le Singe de Hartlepool , une certaine agilité dans son scénario , et une belle fluidité dans son écriture.
L'humour , toujours très cynique est le point fort de l'album mais là où ça devient une grande réussite , c'est dans la mise en place des personnages et le développement de leur personnalité , où les auteurs s’illustrent en leur donnant une densité remarquable , comme Gaby Rocket , plus ils sont cons , meilleurs ils sont. Bref , j'ai beaucoup aimé mais je pense que cet album ne se prêtera pas tellement à la grille de notation et aux critères qu'on essaie de mettre derrière , même en étant un petit coup de cœur , j'ai du mal à aller au delà de 14...
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1744
Age : 45
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Jeu 3 Oct 2013 - 21:32

Revenons sur l'idée du duo complémentaire que j'entrevois ici plus comme une reprise un peu lourdingue qu'un procédé efficace. Dans les exemples donnés par Fred - Laurel et Hardy, Perrin et Campana - , l'humour provient aussi d'une opposition physique, d'un jeu comique des corps. On pourra certes être ému par Gaby Rocket et Vincent Loiseau (migrateur) mais le comique de situation est malheureusement trop rare. Les tentatives humoristiques s'articulent essentiellemnt autour de bons mots, de formules argotiques plus ou moins bien senties, que Lupano s'acharne à placer dans la bouche des personnages. On guette la formule et c'est un peu épuisant. C'est lorsque Lupano délaisse son idée de "faire style" (ou de jouer au roi de la vanne) pour se focaliser sur les situations qu'on a droit à de bons moments (Régalez-vous de l'histoire de "la chèvre" !).
L'intrigue se dévoile tranquillou, sans surprise, paisiblement. C'est un peu long, insistant. Les come-back pour justifier, faire comprendre la douleur des personnages sont incessants parce que, figurez-vous, quand on est "comme ça", y'a des raisons. Un peu plus de légéreté, de finesse, de traits moins épais, n'auraient pas fait de mal.
Ca se termine quand même bien avec R12, Chupa chups, doudou lapin et victoire au grattage. L'amour triomphe de tout et l'on finit content. C'est déjà pas si mal ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 948
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Sam 5 Oct 2013 - 9:13

Bin oui, c'est pas mal du tout ! La manière dont le narrateur nous conte son histoire - un ptit bout par ci, un ptit bout par là, j'y reviendrai plus tard, ah mais je ne vous avais pas dit ? - a très bien fonctionné pour ma part, je n'ai pas lâché la lecture.
Les deux héros sont bien campés dans leurs converse ou santiags, et leur duo, quoiqu' improbable, fonctionne à merveille. Contrairement à toi, Superphane, je n'ai pas trouvé que l'auteur cherchait la formule à tout prix.
Il arrive à faire passer beaucoup de sympathie pour ses personnages : la peinture de Gaby Rocket, entre beaufitude absolue et tendresse retenue, est particulièrement réussie.
Et j'adore la première image qui campe si bien le décor.
Encore un excellent moment de lecture grâce à nos libraires : merci cheers !
Revenir en haut Aller en bas
Mémère
Titulaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 994
Age : 47
Localisation : Brenat
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Mer 9 Oct 2013 - 10:59

Une bonne BD plaisir qui se lit d’un trait et avec le sourire. Certes, il ne faut pas y chercher de la grande littérature, mais ce n’est pas le but recherché.
J’ai eu un gros doute au début sur le découpage de l’histoire contée dans le désordre, mais finalement tout trouve sa place et ça passe plutôt bien.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3071
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Sam 12 Oct 2013 - 6:46

Je vous trouve tous, rétrospectivement, incroyablement gentils avec ce livre (je fais référence à notre vraie discussion de jeudi soir).

Nous avons tous des contraintes qui influent sur notre rapport aux oeuvres que nous fréquentons. Moi, en ce moment, j'ai peu de temps, et si un livre ne me va pas, c'est pas le moment.

Une purge ! Je crois que je ne m'étais pas forcé à ce point depuis Azimuth (mais j'avais des contraintes plus douces, l'époque, je crois) ! Même Les Chroniques du sentimental dont le titre exact m'échappent se lisaient plus vite, et c'était moins lourd.
Pendant 80 pages, c'était une souffrance difficilement soutenable. Quel emmerdement. Après, l'histoire s'emballe pendant 5 ou 6 pages, bourrées de clichés, et on retombe aussi vite dans la platitude absolue.

ça fait 4 livres de Lupano en 2 ans. On peut s'arrêter maintenant ?

Et Fred, non, ça n'est pas bien écrit.
(je prends un exemple, mais si vous voulez, on développe :
quand le gars fan de johnny vient de buter une chèvre et que 3 minutes après - alors oui, il y a une bonne vingtaine de pages qui s'écoulent parce que flashbacks - l'autre lui demande quelle chèvre il a chargée dans la caisse... tout ça pour rappeler la situation au lecteur, oui, j'ai l'impression et d'être pris pour un con, et que j'aurais du mal à lire pire).

page 3 : j'ai eû... pas d'accent !
Revenir en haut Aller en bas
Didine
Titulaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 299
Age : 37
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 02/10/2011

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Sam 12 Oct 2013 - 9:29

Franchement je te trouve dur sur ce coup là, cet album (certes à la lecture légère) a quand même bien plus de qualités qu'azimut ou le sentimental. Les planches "page complète" sont vraiment réussies et le découpage non chronologique rondement bien mené. Et pour LA faute d'orthographe, là tu exagères, je te rappelle que tu as voté l'année dernière pour Hors Zone qui en était blindé!!!
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3071
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Sam 12 Oct 2013 - 10:07

Didine a écrit:
Et pour LA faute d'orthographe, là tu exagères
oui, mais que là dessus Wink
après, je ne vais pas dire pour Blexbolex "j'adore ce livre il a plein de fautes"... Par contre, il me paraît juste de le dire là. Le récit n'est même pas installé, et paf, un truc qui crève les yeux. C'est pas finaud.
Je ne vais pas dire non plus "c'est bien, il y en a moins que dans le blexbolex".

Si je suis dûr, je l'ai dit en ouverture, c'est aussi lié à l'exigence que je peux avoir en ce moment, pour le temps que j'ai.
J'aurais peut-être été plus bienveillant en plein été, avec une citronnade.

Après, non, sincèrement, j'ai l'impression que sur toute la première partie, ça s'embourbe ; le récit décomposé, que vous trouvez virtuose, me paraît incroyablement pataud, et oui, manipulateur. Comme si de tout éclater était un gage de qualité, de rigueur, de profondeur, alors que ça ne change rien à l'affaire, le récit ne sait pas comment nous emmener à cette scène de 'révélation', nous amuse avec les horizons d'attente, fait semblant d'être plus malin que nous.

N'avoir confiance qu'en la bêtise de son lecteur me paraît vraiment problématique. J'ai l'impression, dans ce récit, mais aussi dans Azimut, dans L'Homme qui n'aimait pas..., un peu moins dans Le Singe, qu'on me prend de haut. J'ai horreur de ça.

Sincèrement, la 3e case, avec le message crédit insuffisant bien mis en avant surcadré, comme pour me dire "lecteur, tu as bien compris ce qui se passe ?" augure de bien peu de finesse d'écriture : du coup, on sait à quoi s'attendre, de la lourdeur, et on n'est pas déçu.
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4720
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: faute avouée, etc.   Sam 12 Oct 2013 - 14:09

eraserhead a écrit:

Si je suis dûr
Didîne ne s'en plaindra pas, lolle Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2289
Age : 49
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Je vais me faire manger tout cru....   Dim 13 Oct 2013 - 16:13

Difficile d'écrire quelque chose sur ce bouquin sans réagir !
Cher Eraserhead, non, je ne suis pas d'accord. Ce n'est pas un livre extraordinaire, je veux bien, mais ce n'est pas une purge non plus. Ce livre possède des qualités, que tu n'apprécies pas, certes, mais il n'est pas chiants (contrairement à d'autres qu'on a pu lire dans la sélection). Tu as souvent défendus certains livres en disant qu'ils méritaient plusieurs lectures et là, tu revendiques le droit de ne pas avoir de temps à perdre avec ce bouquin, certes, mais c'est un peu contradictoire.
Les personnages principaux sont bien campés, complètement improbables et parfaitement cons mais ils ont chacun leur logique que l'on découvre au cours d'un scénario plutôt bien construit avec ces retours en arrière et quelques bonnes trouvailles. En tout cas, l'ensemble est très cohérent (à part le fait qu'ils se retrouvent juste devant la discothèque, mais bon...). Dans ce sens là, c'est donc bien écrit même si l'écriture ne fait pas dans la finesse. L'histoire n'est pas d'une grande originalité mais le dernier tiers est plutôt surprenant, en tout cas, moi, je ne m'attendais pas à ça et la fin n'est pas du tout calamiteuse, plutôt réussie aussi.
D'autre part, je n'ai, moi non plus, pas vu les bons mots que l'auteur aurait voulu placer à tout prix. Le style de langage correspond à celui des personnages ? Je ne vois pas en quoi ça veut faire "style".
Mais on n'a pas parlé du dessin. Il est très bien ce dessin, non ? Enfin moi je trouve que pour un premier livre, il s'en sort bien le gars Rodguen. C'est maitrisé, dynamique et avec de bons cadrages, classique mais efficace quoi. Et Ohazar, aussi, pour les couleurs, c'est quand même du bon boulot.
Bref, ce fut une agréable lecture.





Quand à la faute d'orthographe, ce que j'en dit, moi....
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2595
Age : 38
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: keep cool eraser   Dim 13 Oct 2013 - 17:27

Il arrive en effet un moment où on ne peut pas demander sans cesse à chaque membre du jury de changer ses habitudes de lecteur , de dépasser les genres , les codes et les affinités personnelles sans en faire de même , même sur un chemin inverse.
Revenir en haut Aller en bas
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 948
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Dim 13 Oct 2013 - 18:50

Joco a écrit:
Quand à la faute d'orthographe, ce que j'en dit, moi....
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3071
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Dim 13 Oct 2013 - 19:10

il y a un truc quî sous-tend vos deux remarques :
je suis complètement obtus, sans aucune envie de découvrir quoi que ce soit, sans avoir envie de me laisser aller à l'inconnu, la nouveauté...

Je crois, sans vouloir me faire reluire, que ça n'est juste pas le cas du tout.

je n'ai pas l'impression, à part pour un malheureux accent, d'avoir fait dans la gratuité.
Là où vous trouvez que le récit est bien construit, j'y vois des lourdeurs, en quelque sorte un auteur qui se croit virtuose mais qui érige cette pseudo virtuosité en style, et compte bien qu'il remplisse le vide.
Tu ne vas pas me dire que cette troisième case (c'est un exemple) est d'une très grande finesse, ni narrativement, ni dans sa composition ?

de bons cadrages ? Je ne vois pas ??? quand par exemple on est au ras de la gueule du personnage bourré ? la page 29 ? Quelle utilité ? sois je suis assez bête (je ne demande qu'à ce qu'on m'explique en fait), soit ça ne sert à rien, ces cadrages de poseur.

Comme tu dis Joco, c'est du bon boulot, on sait dessiner, on sait mettre des couleurs (beau travail sur les éclairages), mais sincèrement, est-ce qu'on sent, derrière tout ça, une véritable envie de raconter, des tripes ? Est-ce que ça n'est pas simplement une histoire pondue vite fait, maquillée d'effets narratifs et mise en image convenablement, pour remplir des pages ? Quel en est l'enjeu ?

Oui d'accord, le rebondissement. là, OK Joco, ça marche. Mais tu n'as pas l'impression qu'on en fait des plombes pour arriver à ce moment-là, et que finalement, on n'en fait pas grand'chose (ah si la surprise finale, Gaby aussi à eu un fils...).

Enfin, ce que vous estimez comme les réussites du bouquin, c'est quand même en grande majorité des ressucées de vieilles recettes cinématographiques (je peux remplacer par télévisuelles ?) un peu vues x fois (les flash-backs, les cadrages, l'éclairage, les raccords entre séquences...
Revenir en haut Aller en bas
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 948
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Dim 13 Oct 2013 - 19:11

eraserhead a écrit:
N'avoir confiance qu'en la bêtise de son lecteur me paraît vraiment problématique. J'ai l'impression (...) qu'on me prend de haut.
Tiens ? ... pour ma part, je ne me suis pas du tout sentie prise pour une andouille par cette manière de dérouler le récit. Entre un auteur qui prend avec bienveillance son lecteur par la main pour l'emmener dans l'histoire qu'il veut lui conter, et un autre qui lui assène de gré ou de force ses propres codes à la manière "ça passe ou ça casse" mon choix est bien vite fait.

On peut mettre un peu de pédagogie ( pas sûre que ce soit le terme adapté mais à cette heure-ci je n'ai rien de mieux en magasin Very Happy ) dans le neuvième art sans se faire taxer de méprisant ou de condescendant... Par exemple, penses-tu que tes élèves considèrent que tu les "prends de haut" (personne n'aime cela !) quand tu leur réexpliques quelque chose qu'ils ont déjà assimilé ?

En tous cas, camarade tête de gomme ( et bien loin d'être obtus ) tu as bien secoué les puces du topic cheers
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1744
Age : 45
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Dim 13 Oct 2013 - 19:18

Je ne dis rien mais je sens qu'on risque de bien se marrer... Je vais compter les points.
Par ailleurs, Fred pourra s'en prendre à Eraserhead plutôt qu'à moi...

Voilà, sinon, Naphtalène invente un nouveau genre, la bd pédagogique. On aurait pu dire bd de vulgarisation. Ou bd pour les nuls.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3071
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Dim 13 Oct 2013 - 19:54

Non, je ne croîs pas que mes élèves aiment ça, quand j'essaie de les amuser avec un truc bancal, et en essayant, avec la puissance de ma position, de le faire avaler comme un truc génial.

Mon dieu, mon dieu, mon dieu, j'espère n'avoir jamais fait ça (ou alors, très fatigué Wink)
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2595
Age : 38
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Dim 13 Oct 2013 - 19:54

Loin de moi l'idée de penser que tu sanctionnes ce bouquin de façon irréfléchi , comme d'habitude ton opinion est largement argumentée et ta position a le mérite d'être claire et sans fioriture.
Je ressens par contre dans ton propos (et comme le mois dernier avec Tyler cross) une certaine forme de rejet envers ce genre de BD dans le cadre du prix , je comprends que tu attendes plus d'un titre concourant pour le sherif , mais je ne crois pas pour autant que ces titres soient des purges. Ce ressenti me dérange un peu car je te sais bien plus ouvert que cela et que tu sais prendre un bouquin en laissant les à priori de côté.

Lupano , comme Nury le mois dernier n'ont certes pas les mêmes ambitions en terme d'écriture que Rita ou que Blexbolex mais dans leur registre , on ne peut pas réellement dire qu'ils sont dans le faux (les histoires sont maitrisées , l'humour trouve sa place par petite touche , les personnages prennent une belle densité , et la construction de façon plus générale est totalement cohérente). Ces lectures offrent d'ailleurs du plaisir à une majorité de lecteur , je pense qu'on ne peut pas les exclure si durement , il y en a des bien pires... Je continue de penser que dans notre mission de jury , nous devons nous intéresser à tous les albums et je crois que c'est dans cette diversité de choix que notre prix sera pris au sérieux.

Tu as souvent milité ici (et avec talent) pour que nos esprits de lecteurs s'ouvrent , pour que nous allions au delà de nos standards , pour que nous sortions de la facilité d'une lecture classique pour tendre vers des œuvres plus arides et moins directes. Je crois que ta force de persuasion nous a convaincu et pour plusieurs titres , je t'en remercie car ce sont des personnes comme toi qui me permettent aujourd'hui d'aller vers des lectures plus pêchues et comme samedi , qui me permettent de développer ma modeste culture , bien au delà du 9ème art à travers ces livres. Malgré cela , je continuerai de défendre les livres que je juge réussi , même si ce ne sont pas les plus ambitieux.
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2289
Age : 49
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Dim 13 Oct 2013 - 20:09

Loin de moi l'idée que tu sois obtus sinon je n'aurais pas pris la peine de te répondre, non, au contraire.

Je suis d'accord avec toi, parfois les ficelles sont un peu grosses et l'auteur vise une efficacité qui s'avère un peu lourde plutôt qu'essayer de faire avancer le lecteur en suggérant les choses. Bon, ça aurait pu faire un bon téléfilm, et bien c'est déjà pas si mal. Je n'aime pas trop prétendre connaitre les intentions d'un auteur, je trouve ça trop complexe, mais je ne pense pas qu'ici il avait d'autres intentions que de nous faire passer un bon moment. Il n'y a pas de grandes réflexions la derrière, juste une vie de cons qui t’explose à la gueule. De là à dire que c'est du travail léger et maquillé, c'est un peu un raccourcis, non ? S'il s'agissait de remplir des pages, ils se seraient limité à un bon vieux 48 pages classique, c'était moins de boulot et surement plus rémunérateur. Ou alors, ils l'auraient sorti en deux ou trois tomes.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3071
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Dim 13 Oct 2013 - 20:24

vous êtes très convainquants aussi !
et je mets (comme depuis le début) mon rejet de ce livre sur le compte de ma fatigue.
Néanmoins, nous avons bien reconnu ses défauts, là.

(PS : j'aimais bien Tyler Cross, c'est un livre plein de défauts, mais que j'ai bien aimé lire)
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4720
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: à faute, faute et demi   Dim 13 Oct 2013 - 20:40

eraserhead a écrit:
vous êtes très convainquants aussi !
Convainqueurs ?

Aïe ! Je m'égare…
Désolé, Eraser, j'ai pas pu m'en empêcher…
Mais j'essaierai de faire amende honorable plus tard Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4720
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: amende (espérons-le) honorable   Lun 14 Oct 2013 - 12:28

Or donc, cher Eraserhead…
J'ai comme l'impression que tu es resté sur une lecture très premier degré du livre. Il est évident que Lupano joue avec les clichés, la carte postale, le coucher de soleil. Là où tu plonges tête baissée et avec une indignation très terre à terre, je vois davantage une liste de fausses pistes desquelles le scénariste s'écarte aussitôt, un clin d'œil au lecteur, une balise en forme de croix pour indiquer que ce sentier n'est pas le bon, celui des tropiques, des filles à poil et des plages de sable fin. Quand, page 65, Gaby imagine la façon débile qu'il aurait de claquer le pognon du camion de la Brinks (ou, page 92, une antre d'homosexuels), c'est exactement un chemin à ne pas prendre qui est marqué, même si on peut en apercevoir les premiers décamètres. Tout de suite, c'est la réalité qui vient en contrepoint, et c'est celle-là qui est intéressante : l'univers des troquets et de la majorité silencieuse (mais titulaire du droit de vote) qui écoute Sarkozy à la télé comme à la messe et a tôt fait de montrer du doigt les prétendus parasites de la société.
Un sujet casse-gueule, c'est bien ce que je dis dans ma chronique. Et je maintiens que Lupano s'en sort avec brio. Il retombe à chaque digression sur ses pieds, et les formules, loin d'être gratuites, assoient la personnalité de Vincent en même temps qu'elles démontent la possibilité d'une île verte au bord de la mer bleue. J'irai même jusqu'à affirmer qu'elles donnent toute sa substance au livre. « Je prépare un braquage psychologique et idéologique. Un truc tordu. À la française, quoi ». « Ce "régulariser" fut le mot d'ordre d'un véritable putsch d'idées noires dans ma tronche ». « Je saisissais aussi l'opportunité de pouvoir me répandre en longs monologues narcissiques auprès des patients les plus anesthésiés qui s'avéraient finalement assez peu différents des psychiatres dans leurs comportements et leur apparence ». « Une poésie [celle de Gaby] sans concession, résolument postmoderne, qui tire la quintessence de chaque seconde de médiocrité ». « En impliquant Gaby, j'ai augmenté le potentiel artistique de l'acte ». « Je crois que j'y avais mis des choses trop lourdes dans ce fourgon blindé. Ça doit être ce qu'on appelle un transfert de fonds ».
Les situations n'ont rien de convenu non plus. Quand Gaby fait courir son visage ensanglanté sur la vitrine du bar, histoire de la repeindre et de bien tous les emmerder, c'est drôle. Quand il tente de retrouver le pense-bête qu'il a fourré dans son paquet de clopes pour être sûr de ne pas l'égarer, mais qu'il se rend compte qu'il a balancé le paquet à la poubelle, idem. Le problème de Vincent avec les leviers de toutes sortes, c'est une super idée. La sonnerie du téléphone qui retentit au mauvais moment avec la chanson Gabrielle, ça me fait marrer. Le « tiens, Hibernatus » que lance Vincent lorsque Gaby émerge d'un sommeil profond, itou.
Je ne vois pas le problème de la page 29 que tu fustiges. Vincent se fait livrer ses armes bidons par un livreur. Bon. Quoi ?
Je crois qu'il faut savoir reconnaître la qualité lorsqu'elle existe, y compris dans des sentiers rebattus où tous les vélos ont laissé leurs empreintes. La différence s'illustre par le ton et la personnalité des auteurs. Ceux-là n'en manquent point. Des livres comme ceux de Manuele et Rita sont exceptionnels en leur genre et d'un niveau que peu d'auteurs de bédé sont capables d'atteindre. Est-ce une raison pour démonter des livres peut-être plus communs, moins subtils, mais qui proposent une vision de la vie que je n'ai pas peur de qualifier d'artistique ? Non, trois fois non. Je conçois que tu n'aies pas pris de plaisir à cette lecture ; je trouve cependant ton acharnement outrancier face à ce livre qui, n'en doutons pas, valorise ses auteurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 948
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Lun 14 Oct 2013 - 16:52

Superphane a écrit:
Voilà, sinon, Naphtalène invente un nouveau genre, la bd pédagogique. On aurait pu dire bd de vulgarisation. Ou bd pour les nuls.
Ha ! Je me disais bien, aussi ...
Revenir en haut Aller en bas
jcampagne

avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Age : 41
Localisation : riom
Date d'inscription : 17/12/2012

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Mar 22 Oct 2013 - 11:50

Pour ma part, j'ai beaucoup aimé. Je trouve le dessin "tres beau". pas superbe mais j'aime beaucoup
L'histoire est aussi bien amenée et l'on découvre pourquoi chacun des personnages en est arrivé là au fil des pages. Ils sont tous attachants dans leurs genres. On se demande comment ils vont pouvoir s'en sortir car on sait dès le début que ce braquage est voué à l’échec.
Après j'ai trouvé des longueurs. Le moment où il se compare à robin des bois et un peu hors sujet pour moi mais bon.
Une belle lecture où même le caid de la bande fait découvrir sont humanités dans les toutes dernieres pages.

Sinon pour les fautes, je suis loin de les voir Embarassed  et vous savez pourquoi et pour moi c'est un point de détail dans ma lecture
Revenir en haut Aller en bas
myrte
Titulaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 141
Age : 39
Localisation : chamalières
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Mer 23 Oct 2013 - 20:58

Une lecture agréable, oui!!!
Ne pas livrer l'histoire chronologiquement est, je trouve, bien vu et bien maîtrisé.
Les personnages sont attachants, le dessin est bon et les couleurs bien choisies.
Mais j'ai trouvé les deux premiers tiers du livre un longs voir parfois un tantinet ennuyeux.
Ennui bien vite effacé par l'originalité de la fin que je trouve très bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Eva

avatar

Féminin Nombre de messages : 164
Age : 43
Localisation : Clermont-Fd
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   Mar 29 Oct 2013 - 7:49

j'ai beaucoup aimé "Ma révérence". BD bien construite, l'histoire est bien amenée, les personnages sont attachants.
J'aime bien la narration de cette histoire à la première personne. Les nombreux flashback ne m'ont pas dérangés et ont tout à fait leurs places dans ce récit.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ma révérence de Lupano et Rodguen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ma révérence de Lupano et Rodguen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Alim le Tanneur de V. Augustin et de W. Lupano
» Le Singe de Hartlepool de Jérémie Moreau & Wilfrid Lupano
» Azimut d'Andreae et Lupano
» Un océan d'amour, de Lupano et Panaccione
» Les vieux fourneaux (1-Ceux qui restent) de Cauuet et Lupano

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: