AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Ardalén, vent de mémoires de Prado

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4744
Age : 50
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Mar 28 Mai 2013 - 19:22




Prado est revenu ! Le Prado poète et peintre, le Prado sensible. Celui de Trait de craie, celui qui sait happer le lecteur par l'atmosphère étrange de récits qui prennent forme à l'aune de ses fantasmes ou de ses rêveries.
Vingt ans d'absence, on ne s'était rendu compte de rien, même pas du fait qu'il nous manquait. Certes a-t-il un peu publié depuis le huis clos retenant sur une île improbable des personnages en perdition, mais rien de cette veine surréaliste agrémentée de fatalisme à la Hopper. Bien au contraire, le travail réalisé entre-temps s'avère délibérément ancré dans le réel et s'articule autour de chroniques grinçantes, acerbes et sociales frôlant parfois la satire (Quotidien délirant, Venin de femmes, La demeure des Gomez). Sans renier la qualité d'humour noir et de lucide désespérance de ces livres, ils ne portaient pas en eux l'ambition de cet Ardalén-là.
Deux cent cinquante pages en couleurs directes et sans aucun doute de longues années de travail en amont de la publication, tout porte à croire que Prado s'est donné les moyens d'aller au bout de son rêve. Rien ne semble laissé au hasard dans ce volume cartonné, au format intermédiaire et qui « tombe bien dans la main », depuis le choix d'un trait et d'une mise en scène sages s'opposant à l'audace vibrante des couleurs, jusqu'à la création de polices de caractères typographiques spécifiques à chacun des personnages. On sent une volonté sincère de l'auteur de ne pas se laisser aller à la facilité, de sans cesse imaginer ce qui pourrait agrémenter le récit. En plus d'avoir le soucis constant d'être juste, il n'hésite pas à intégrer aux pages de bande dessinée des éléments pédagogiques (géographie, nature) ou des documents administratifs ayant trait aux personnages, procédé qui pourrait paraître incongru mais qui s'avère plutôt intelligent dans le jeu de pistes auquel le lecteur est convié, cette fusion entre rêve et réalité, entre mémoire et désir.
Comme pour Trait de craie, Ardalén est affaire de rencontres, celle qui réunit Fidel et Sabela, mais surtout celles que le vent de suroît, qui draine loin sur les hauteurs des montagnes l'iode et le sel nés de l'océan, suggère à la mémoire du vieux Fidel. Sabela, elle, était en quête d'une autre rencontre avec un grand-père disparu. Ça l'a menée à Fidel. Maintenant, elle se raccroche à ses possibles souvenirs, suspendue à ses lèvres. Lui, il ne sait plus bien, il a ses propres fantômes dont la solitude a fini par exagérer la présence, il fait confiance au vent d'Ardalén et s'en remet comme un vieil homme à la mer.
Il s'agit bien d'un livre sur la mémoire humaine, thème cher à de nombreux auteurs et qui prend ici des contours résolument poétiques. Le refuge montagnard de Fidel apparaît tantôt comme un aquarium, tantôt comme le pont d'un paquebot en partance pour les Caraïbes, tel qu'en ont connu de nombreux Espagnols de la génération de Fidel et du grand-père de Sabela. Les incertitudes de l'ermite donnent corps à d'étonnantes compositions où le vert et le bleu se rejoignent jusqu'à former un tout et suggérer la possibilité d'une île à la montagne.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1761
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Ca partait bien...   Ven 7 Juin 2013 - 17:54

Construit autour d'une jolie idée poétique - le vent de mémoire - le livre déroule son récit de manière redondante et prévisible. Si Fidel est un personnage intrigant et attachant, on peine à s'intéresser finalement à la quète, aux interrogations de Sabela. Les belles images succèdent aux belles images, colorées comme des aquariums aux poissons exotiques. Il serait malhonnète de ne pas reconnaitre à Prado les extraordinaires qualités techniques de son dessin. Seulement, le côté ultra-esthétisant du livre - presque abscon - finit par lasser. Fallait-il vraiment entourer toutes les cases par des dégradés d'encre de couleur, par exemple, ou pondre une police d'écriture - souvent très moche - pour chaque personnage (On est ici très très loin d'Astérios Polyp...) ?

Une belle idée ne fait donc pas un livre.
Revenir en haut Aller en bas
Tue-Loup
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 907
Age : 52
Localisation : Aulnat
Date d'inscription : 07/02/2011

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Lun 17 Juin 2013 - 22:41

Le vent de ma Mémoire me rappelle Daniel PENNAC
1 - Le droit de ne pas lire                    (pour nous Sheriff, c'est un devoir !) 
2 - Le droit de sauter des pages        ( heureusement, je pouvais regarder les baleines...)
3 - Le droit de ne pas finir un livre     (je vous jure, je l'ai fini !!! )
4 - Le droit de le relire                          ( ah, non pas ça ... )
5 - Le droit de lire n'importe quoi        ( j'ai déjà lu bien pire !)
6 - Le droit au Bovarysme                    ( Emma ....)
7 - Le droit de lire n'importe où           ( dans mon lit, c'est mieux que des somnifères  ...)
8 - Le droit de grappiller                       (je me souviens d'un PRADO avec une Vespa ...)
9 - Le droit de lire à haute voix            ( seule façon de ne pas m'endormir ...)
10 - Le droit de se taire                   ....
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3138
Age : 43
Localisation : Dans les starting blocks...
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Dim 23 Juin 2013 - 9:59

mes camarades superphane et tue-loup ont le chic pour pointer les égratignures, les défauts, et appuient dessus comme de juste.
> le récit est un peu prévisible : oui, effectivement. Le vieil acariâtre qui finit dans le ravin, la recherche du grand père qui n'est qu'un mcguffin... Tout n'est pas captivant dans ce récit. Mais là n'est pas le coeur de l'histoire, et l'on a bien compris que le centre est le personnage de Fidél, et du rapport qu'il entretient avec les surgissement de sa mémoire. ça, vous en conviendrez, c'est plutôt bien mené.
> la lenteur du récit : alors là, pour le coup, je maintiens qu'il y a volonté d'installer le lecteur dans une sorte de flottement, parfois contemplatif (tue-loup l'a bien vu, qui en a profité pour regarder les baleines), parfois dans le but de nous égarer dans les replis de ces mémoires égarées.
Je pense aussi que Prado réussit à poser ce rythme par le poids de ses planches en terme visuel.
> les gouttières : on a là la preuve irréfutable de la volonté décorative de l'auteur ; il fait une planche comme un tableau, essayant parfois (et ça ça n'est pas heureux DU TOUT) de faire coller le dégradé aux sentiments du personnage. Et alors ? On reconnaît qu'effectivement, Prado réussit de très belles planches, qui font quand même plaisir.
J'ai trouvé le récit efficace dans son rythme par rapport à ses enjeux, la couleur parfois envoûtante (je suis moins fan du dessin en général), l'idée métaphorique particulièrement chouette et tenue sur la durée, l'intégration des documents plutôt intéressante aussi (même s'il me semble que là, ils sont parfois peu réussis dans leur volonté de ressembler à des 'vrais' documents). Oui, un livre avec des défauts mineurs, mais une histoire qui restera en mémoire.

j'ai lu ce livre sur presqu'une semaine, avec des pauses entre chaque chapitre, y retournant chaque soir avec un plaisir très confortable.

Concernant le traitement en couleurs directes, je trouve quand même que Prado a un peu vieilli, je lui trouve le côté désuet des pastilles vichy.
En tout cas, pour moi, la note sera certainement plus haute que pour mes deux camarades sus-cités.
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1761
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Dim 23 Juin 2013 - 12:59

J'ai quand même dit que le personnage était attachant et l'idée fort jolie.
Mais ça dure, ça s'étire, ça se dilate quand même un peu et j'avoue n' être sensible ni aux chant des baleines ni aux pastilles Vichy.
Revenir en haut Aller en bas
myrte
Titulaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 141
Age : 39
Localisation : chamalières
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Dim 23 Juin 2013 - 14:05

Le trait est superbe (je ne connaissais pas Prado), la mise en couleur sublime m'a bluffée! On est dans un rêve éveillé, le décor est planté pour laisser souffler le vent de mémoires.
Fidel, personnage attachant, est touché par ce vent  et incarne bien cette mémoire qui semble appartenir à tout le monde ou en tout cas que tout le monde transforme, interprète et s'approprie. Prado prend le temps d'installer ce personnage central et c'est plutôt agréable.
Très bon moment pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2620
Age : 39
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Dim 23 Juin 2013 - 15:12

Impression assez proche de celle d'Eraser , je dirai également qu'Ardalén est un album plutôt attirant avec quelques imperfections néanmoins , j'ai commencé l'album depuis dimanche dernier et il m'a fallu pas moins de 5 étapes cette semaine pour le parcourir totalement et comme sur une course en ligne , avec des hauts et des bas , révélant aussi sans doute , mon implication aux moments voulus.
Parmi les faiblesses , je citerai certaines parties documentées pas vraiment utiles comme celle sur les cétacés , je parlerai aussi d'un récit qui traine parfois en longueur et un brin répétitif , un papier brillant pas tellement en phase avec les aquarelles de Prado et toutes ces signatures qui fatiguent un peu à la longue. Bref pas mal de petits défauts , mais dans l'ensemble , le charme et la poésie opèrent dans le trait sublime du dessinateur et font de ce livre une réussite que je prendrai plaisir à relire , la seconde lecture sera dans ce cas , propice à une meilleure appréciation. Ça sera donc un bon 14 pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
gagadinorux
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 733
Age : 42
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Dim 23 Juin 2013 - 15:46

Pour ma part je l'ai lu d'une traite, et avec grand plaisir! Oui, les signatures systématiques m'agacent un peu aussi, et sur les premières planches, j'ai trouvé aussi que le "remplissage" coloré entre les cases était un peu lourd. Mais rapidement cela ne m'a plus gêné, et est même devenu fort agréable, collant parfaitement bien avec l'ensemble. J'aime les écritures différentes selon les personnages, même si je partage l'idée qu'elles ne sont peut-être pas toujours très bien choisies. L'idée générale qui porte le livre est vraiment très bien trouvée, une très belle idée qui se déplie au fil des pages de façon très poétique, langoureuse et attachante. Les ajouts de documents apportent vraiment un petit plus à la lecture, même si certains effectivement semblent moins pertinents que d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
marion
Titulaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 491
Age : 33
Localisation : le placard aux mangas
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Lun 24 Juin 2013 - 9:53

Il y a une chanson dont j'ai oublié le nom et l'auteur, qui commence par :
"Alors cette fois, ça n'a pas marché!"
Et bien, je reprendrais cette allégation à mon compte puisque malgré mon intérêt pour l'histoire et la reconnaissance de l'intelligence dans le traitement du sujet, je n'ai définitivement pas pu m’empêcher de m'ennuyer fermement à la lecture de ce livre. 
Navrée, j'en suis la première vraiment! J'aurais voulu vibrer, rêver, voyager au gré des souvenirs mouvants et insaisissables de Fidel, mais je suis restée définitivement sur la terre ferme.
Je serais donc un peu moins en rogne que Tue-loup, mais en revanche, tout aussi déçue!
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2306
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Lun 24 Juin 2013 - 17:27

Admirable !
Si on veut croire que ce livre est le résultat d'une bonne idée, je pense qu'on fait fausse route et qu'effectivement on ne peut que passer à côté.
Pour moi, il est la conclusion d'un long cheminement, il m'a fallu plus d'une semaine pour l'appréhender correctement en y revenant avec plaisir au moment opportun. Mais c'est aussi l'aboutissement d'un long processus de création pour l'auteur (qui l'explique, à la fin, il faut parfois prendre le temps de (tout) lire... mais je comprend que si l'on a pas accroché, on passe les dernières pages).
Au premier abord, c'est la couleur directe qui saute aux yeux. C'est magnifique. Même si je ne suis pas fan du trait de l'auteur, il faut bien reconnaitre que chaque planche est un tableau (d'où les signatures agaçante peut être ?). Le cadrage de chaque case raisonne avec celles qui l'entourent, le lien évident est renforcé par les contours et les dialogues sortent des personnages chacun avec sa police.
Tout ça est d'une cohérence parfaite !
Du coup, le traitement du sujet, qui était quand même très casse gueule est très réussi et l'auteur nous fait partager son aventure avec brio.
J'ai vu les Baleines avec Fidel.
J'ai dansé avec Rosalia.
J'en aurait bien collé une ou deux à Tomas.
Et Sabela m'a donné envie d'en découvrir un peu plus sur mon grand père espagnol !

J'ai senti l'Ardalén dans mes cheveux....




elephant
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1761
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: trop de couleurs distrait le spectateur   Lun 24 Juin 2013 - 18:28

Pour moi, visuellement, c'est l'overdose.
Je ne suis pas sensible pour deux sous à cette esthétique datée.
C'est hyper technique, impressionnant même. Mais c'est tout. Prado a certes le sens des couleurs (voilà de beaux dégradés !!!) mais c'est seulement un beau travail décoratif (je suis bien plus sensible au travail sur la couleur de Mattoti dans Feux, par exemple, ou la couleur sert et même enrichit la narration ). Le récit est anecdotique (je disais "prévisible", mais il n'y a pas grand chose à prévoir vu que cela tient en quelques lignes à peine) et 300 pages, accompagnées de faux documents pour nous dire que le vent transporte les souvenirs, c'est quand même beaucoup. Je ne vois pas non plus à quoi servent les différentes polices, en quoi cela rend le récit (?) plus cohérent. J'y vois plutôt un maniérisme un peu vain.
C'est joli, comme l'on dirait ironiquement de quelqu'un qu'il est gentil.

Joco, je t'aime bien quand même.I love you
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3138
Age : 43
Localisation : Dans les starting blocks...
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Lun 24 Juin 2013 - 19:50

tu n'es pas très sensible aux lourdes métaphores fantastiques, toi...
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1761
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Lun 24 Juin 2013 - 20:48

"Lourdes métaphores fantastiques", je ne vois pas comment trouver mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2306
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Lun 24 Juin 2013 - 22:01

Pour moi il n'y a pas grand chose qui tienne du fantastique dans ce livre. Mis à part le transfert des souvenirs mais c'est plutôt anecdotique et on peut aussi l'interpréter autrement. Il est clair que les souvenirs se construisent au cours du récit et que les deux personnages principaux ont besoin l'un de l'autre pour se souvenir, pour se construire. L'un, un passé inventé et l'autre, le souvenir de ces racines. Au final, on ne sait plus très bien qui se souvient de quoi et qui en a parlé en premier. Ce qui est inventé aide a faire sortir ce qui ne l'est pas, les vrais souvenirs. En fait, le transfert se fait plutôt entre eux.
Je ne vois pas, non plus, ce qu'il y a de lourd à tracer une mémoire en prenant le temps sur 256 pages pour en interroger tous les reliefs et les faces cachées. Vouloir faire plus court aurait forcement tronqué le sujet.
Mais je comprend que l'on puisse ressentir l'overdose face à ce dessin si prenant qui ne laisse pas de répits et qui en jette plein la vue !

Quand aux vrais faux-documents, il sont faux comme tout le reste, j'ai envie de dire, c'est une fiction. Mais je les trouve plein de vérité. En tout cas, leur introduction dans ce type de récit est suffisamment originale pour que se soit apprécié.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3138
Age : 43
Localisation : Dans les starting blocks...
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Mar 25 Juin 2013 - 14:08

Le vent qui porte les mémoires des disparus, l'image, au sens propre, est fantastique, et elle est une métaphore assez lourde, appuyée, du souvenir. Le genre fantastique se prête assez bien à ces images, c'est pourquoi je parlais de "lourde métaphore fantastique", sans y mettre le côté péjoratif que d'autres, moins bien intentionnés, s'empressent d'utiliser ! tongue

C'est une métaphore quand on veut absolument tout interpréter...
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2306
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Mar 25 Juin 2013 - 15:00

Tout à fait.
Vu comme ça, pourquoi pas mais ça ne va pas chercher bien plus loin et ce n'est pas du tout le centre du propos.
Revenir en haut Aller en bas
gagadinorux
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 733
Age : 42
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 06/01/2013

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Mer 26 Juin 2013 - 17:55

Oui, le fantastique est presque toujours métaphorique, ou en tout cas utilisé comme tel. Ou comme tu le dit si bien, oui tout est métaphore dès qu'on commence à trop réfléchir.
"Lourde"??? je ne comprends pas bien pourquoi tu utilises ce terme, et j'ai du mal à y voir autre chose q'une utilisation mal intentionnée Smile
En tout cas, et même si je suis adepte du fantastique, c'est peut-être le genre lui même qui peut paraître lourd, et puis soyons honnête, une métaphore très subtilement et délicatement menée, tout en finesse, ne verrait-elle pas amoindries ses chances d'être perçue, au point de ne se retrouver qu'avec une banale histoire fantastique aux yeux des lecteurs? C'est bête non?

Mais je pense en effet le thème du fantastique dans cette BD très important et pas du tout anecdotique. On est d'ailleurs sur le fil avec le merveilleux... ou la folie, si chère au fantastique également, même s'il ne me semble pas ici, que cela soit le parti pris de la BD.

Pour les polices différentes selon les personnages, je trouve que c'est une idée intéressante, graphiquement d'une part, et narrativement d'autre part. S'il est difficile, ou du moins inutile (ou pour le coup assez "lourd") d'appliquer cette technique à un roman par exemple, on peut tout de même lui trouver une résonance en BD, comme le serraient les différentes voix au cinéma ou au théâtre, ou comme pour les calligrammes par exemple. Par contre, je pense que ce n'est pas complètement abouti dans la BD en question.

Mais comme Joco, je pense que l'intérêt viens essentiellement de cet échange entre Fidel et Sabela, et de toute la poésie qui s'en dégage.
Revenir en haut Aller en bas
Eva

avatar

Féminin Nombre de messages : 164
Age : 44
Localisation : Clermont-Fd
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Jeu 27 Juin 2013 - 7:17

Très bel ouvrage à l'esthétisme très recherché, peut-être même un peu trop ! L'idée est très bonne et assez bien menée mais j'ai trouvé qu'il y avait des longueurs.
Je pense que ce livre aurait gagné à être plus condensé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
Yo!
Titulaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 113
Age : 31
Localisation : Quelque part entre Neverland et Champignac en cambrousse
Date d'inscription : 28/08/2011

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Jeu 27 Juin 2013 - 19:17

Dès le départ ce bouquin m'a emballé et jusqu'à la dernière page je ne m'y suis pas ennuyé un instant. Tout comme l'a écrit Joco dans son post:

Joco a écrit:

J'ai vu les Baleines avec Fidel.
J'ai dansé avec Rosalia.
J'en aurait bien collé une ou deux à Tomas.
Et Sabela m'a donné envie d'en découvrir un peu plus sur mon grand père espagnol !

J'ai senti l'Ardalén dans mes cheveux...

Les faux documents ne m'ont en aucun cas gêné et sont à mes yeux d'excellentes annexes qui appuient le récit et le ponctuent de manière judicieuse.

Coté graphique j'ai vraiment pris un claque visuelle et suis resté scotché par les planches de bout en bout. Seules les signatures sur chaque page m'ont quelque peu étonnées à la lecture des premières planche mais elles se sont vite fondues dans les décors.

Coté scénario, l'idée est pour moi très bien traitée et avec une poésie qui a rendu ce livre "magique" à mes yeux.
Revenir en haut Aller en bas
fabulous
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2474
Age : 34
Localisation : ... avec Mam'zelle Bulle ...
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Sam 29 Juin 2013 - 23:11

Bon il se fait tard mais je relis les commentaires des uns et des autres et je trouve drôle et assez paradoxale qu'on considère - avec justesse - que chaque planche est une toile et qu'on se plaigne que le peintre les signe !!! Elle est belle sa signature en plus, non ?

_________________
"Tout enfant, j'ai senti dans mon cœur deux sentiments contradictoires : l'horreur de la vie et l'extase de la vie." Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
fabulous
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2474
Age : 34
Localisation : ... avec Mam'zelle Bulle ...
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Dim 30 Juin 2013 - 6:16

Il y a des choses à dire sur ce beau livre, la couverture est plaisante quand même. Le papier est détestable, tous ces reflets ne m'ont vraiment rendu la lecture confortable. Je ne cherche pas ce confort dans le dessin ou l'écriture mais quand même dans l'objet ! Et puis merde c'est imprimé dans un pays avec un salaire moyen à trois cents euros et de gros problème de respect des droits de l'homme : 1,5 points !

Graphiquement c'est quand même superbe, Prado est un maître dans l'utilisation des couleurs, des jeux de transparence, des dégradés. Prado est vraiment un grand peintre et le dessin garde du mouvement et de l'efficacité narrative quand il le décide. L'utilisation d'une typo propre à chaque personnage est un choix graphique intéressant et les typo elles-même sont plutôt belles donc 4 points bien gagnés.

Fred a raison quand il dit de Prado qu'il est un poète en plus d'un peintre même si on est loin de Traie de craie. L'utilisation du fantastique se justifie parfaitement ici.  L'auteur a pensé les dialogues, les "faux documents", etc. à n'en pas douter mais il y a des lourdeurs, des choses "inutiles" peut-être. 3,5 points.

On parle de poésie et on en parlait aussi avec Au vent mauvais, une tentative de rapprochement me tente et je le fais : j'aime la poésie violente et pas évidente de l'un et beaucoup moins la langueur qui se dégage de Ardalén. L'un est court, resserré, mais nécessite des relectures l'autre est trop long, trop carré peut-être. Ceci étant dit, c'est loin d'être mauvais : 5 points pour conclure.

Ce soir Chère Louise et un autre.

_________________
"Tout enfant, j'ai senti dans mon cœur deux sentiments contradictoires : l'horreur de la vie et l'extase de la vie." Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
jcampagne

avatar

Masculin Nombre de messages : 38
Age : 41
Localisation : riom
Date d'inscription : 17/12/2012

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Lun 1 Juil 2013 - 11:08

un livre que j'ai adoré du début à la fin. Le dessin est superbe. Les planches avec les baleines sortant de la forêt sont magnifiques (je les ai entendu chanter !!!).
Le problème c'est que je ne suis pas subjectif, car j'adore le monde marin : la mer, les poissons, les coquillages et le sable chaud ;-). En lisant ce livre je me suis remémoré des instants de découvertes dans des aquariums, a la mer ou sur un bateau. Les faux documents mettent un pause dans le récit tout en le complétant. Peut a peut la trame se forme et l'auteur nous porte dans son recit. On reve de voyage au long cours avec de vieux marins dans tes tavernes au bout du monde.
Revenir en haut Aller en bas
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 970
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   Sam 13 Juil 2013 - 11:06

Je viens me promener sur le champ de bataille, après la bataille, donc juste pour donner quelques impressions. Je vais faire court.
Je n'ai pas aimé :
- les polices changeantes et surtout l'effet de transparence des phylactères, un souci d'esthétique certes, mais qui pour ma part a vraiment nui à la lisibilité,
- certaines longueurs dans le récit , notamment les "je reviendrai demain" de Sabela !

J'ai aimé (beaucoup) :
- la virtuosité du dessin,
- les couleurs, les couleurs, les couleurs plein les yeux, y compris dans l'entourage des cases. Visuellement, pour moi un vrai régal, très loin de l’écœurement
- l'enchevêtrement du récit, les aller-retours dans le passé de l'un ou l'autre des personnages, éclairé par les interludes documentaires
- et la poésie qui se dégage du tout, cette maison perchée, ce rocher en lisière de forêt propice à toutes les rêveries, les compagnons aquatiques qui accompagnent Fidel ...
Et je suis bien contente du résultat des votes. Voi-là !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ardalén, vent de mémoires de Prado   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ardalén, vent de mémoires de Prado
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du vent dans mes mollets - Moussafir / Mam'zelle Roüge
» Mémoires de nos pères / Lettres d'Iwo Jima
» moteur compound de GRAINE AU VENT
» Le Vent de Feu
» Utilisation du Flex sur coupe-vent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: