AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Castilla Drive, d'Anthony Pastor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1761
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Mer 20 Juin 2012 - 8:27

C’est une Amérique en bout de course , fatiguée, avec ses entrepôts désaffectés, son drugstore, ses panneaux publicitaires rouillés ou désuets.
C’est une ville du bout du monde, de ces villes au bord des nationales, désertées après la construction de l’Autoroute. Une ville de pas grand chose où la chaleur inonde mais où la neige finira par tomber. Une ville déglinguée où se rencontrent des personnages un peu en bout de course.
On est pas loin de la frontière Mexicaine et après Las Rosas, c’est à nouveau dans cette atmosphère particulière qu’Antony Pastor situe l’histoire de son nouveau livre.
Osvaldo Brown débarque un beau jour dans l’agence de détective Salinger située dans l’arrière boutique d’une onglerie. Survivant d’une fusillade, il souhaite retrouver celui qui lui a tiré dessus. La police piétine dans son enquête. C’est Sally, femme du détective mystérieusement disparu depuis quelques années, qui va peu à peu s’intéresser à l’affaire pourtant dangereuse. Affaire policière puis bientôt affaire amoureuse… Sally, espérant le retour de son mari, se retrouve la cible de bien des désirs, ceux d’Osvaldo, poète de profession, mais aussi ceux du policier Rayo.
Dans une atmosphère lynchéenne (on pense aussi aux frères Coen) où les ambiances décalées sont omniprésentes, Pastor dresse le portrait habile de personnages solitaires un peu abimés par la vie mais aux gestes touchants. Par des cadrages très cinématographiques, il sait créer des ambiances d’une très belle étrangeté, un peu étouffantes, comme si l’histoire, malgré la multiplicité des lieux, se déroulait à huis-clos. Les personnages sont comme prisonniers d’un environnement plein de désolation. Le mari de Sally, s’est-il d’ailleurs vraiment enfui ?
Le texte ciselé rappelle évidemment la littérature policière américaine mais le dénouement lorgne aussi du côté de la tragédie antique.
Après Las Rosas, tout en noir et blanc, Pastor revient à la couleur de manière convaincante. Les couleurs un peu passées s’accordent parfaitement à la narration, à la fatigue des personnages.
Le regard un peu perdu de Sally, le bandage d’Osvaldo restent longtemps en mémoire.



Je rajoute également que je trouve la couverture du livre absolument magnifique !!!
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2306
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Et provoque... aussi !!   Mer 20 Juin 2012 - 12:03

Ça fait pas un peu beaucoup de clichés tout ça, non ?






Je rigole ! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1761
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Mer 20 Juin 2012 - 13:22

Quels clichés ?
Revenir en haut Aller en bas
fabulous
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2474
Age : 34
Localisation : ... avec Mam'zelle Bulle ...
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Sam 28 Juil 2012 - 9:52

Il y a en effet des clichés ... et alors ? Le livre est vraiment très bon.
Je comprendrai que le dessin puisse en rebuter certains mais ce qui compte n'est-il pas avant tout une symbiose entre le dessin et l'écriture ?
Il se dégage une sorte de langueur glacée auquel le dessin participe au moins autant que les dialogues.
Les personnages sont attachants et il est très agréable que Pastor prenne vraiment le temps de nous parler d'eux, on s'y attache ou non mais on les connait.
Je rejoins Joco sur le découpage et les cadrages très cinématographiques, à l'inverse pour ce qui est du lien avec la littérature policière américaine je ne sais pas (sauf pour le policier, c'est assez évident).
Je vais me plonger dans les autres Pastor pour la peine.

_________________
"Tout enfant, j'ai senti dans mon cœur deux sentiments contradictoires : l'horreur de la vie et l'extase de la vie." Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2306
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Dim 29 Juil 2012 - 12:49

C'est pas moi ! Moi, j'ai juste rajouté une grosse connerie en passant....

Ce livre est mené avec brio. Il y a tout ce qu'il faut où il faut. Ça fonctionne bien, très bien même ! J'ai du le lire en deux fois (pour cause de plage !) et je n'avais qu'une hâte, c'était de le finir. Pourtant on ne peut pas dire qu'il y ait un suspense insoutenable, l'intrigue n'est pas spécialement originale non plus. Non, mais les personnages sont attachants, effectivement, et on a envie de les suivre un bout de chemin, surtout que l'on sent bien la tension du moment et son importance pour la plupart d'entre eux.
Les dessins et notamment les couleurs délavées collent parfaitement à l'ambiance. L'auteur réussit le tour de force à créer une ambiance suffocante par des températures bien en dessous de zéro. Excellent ! Il aurait été tellement plus facile de raconter la même chose par un été étouffant. Mais c'aurait été dommage, vraiment dommage car la magie de ce récit tient beaucoup à cette particularité. Et finalement, tout est du même tonneau, contrairement au apparence, il n'y a aucune facilité. Par exemple, le bandage d'Oswaldo pourrait être ridicule, il est simplement original. Pat pourrait être anecdotique, elle est plutôt catalytique.... etc...
Une excellente lecture donc, qu'il ne sera pas superflu de relire. Et qui donne vraiment envie d'en lire plus de cet auteur que je ne connaissais pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
fabulous
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2474
Age : 34
Localisation : ... avec Mam'zelle Bulle ...
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Mar 31 Juil 2012 - 8:34

oups, effectivement c'était Superphane ...

_________________
"Tout enfant, j'ai senti dans mon cœur deux sentiments contradictoires : l'horreur de la vie et l'extase de la vie." Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 969
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Mer 1 Aoû 2012 - 18:02

Ha ouais dites donc, quelle efficacité dans le rendu d'ambiances ! Assez extraordinaire ... Même si le dessin, effectivement, peut rebuter (ce fut mon cas, juste quelques cases, avant de me faire happer !), même si le dénouement est un peu cousu de fil blanc, c'est le chemin qui importe, pas la destination. Le poids du quotidien, l'apathie, la lassitude, et petit à petit la magie amoureuse qui opère et rallume les sourires malgré tout ... vraiment très chouette, jusqu'aux quatre épis d'Oswaldo !
Revenir en haut Aller en bas
BenBecker

avatar

Masculin Nombre de messages : 2959
Age : 37
Localisation : pas loin de chez Capitaine Nicrotte
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Dim 5 Aoû 2012 - 20:20

Superphane a écrit:
Dans une atmosphère lynchéenne (on pense aussi aux frères Coen) où les ambiances décalées sont omniprésentes, Pastor dresse le portrait habile de personnages solitaires un peu abimés par la vie mais aux gestes touchants. Par des cadrages très cinématographiques, il sait créer des ambiances d’une très belle étrangeté, un peu étouffantes, comme si l’histoire, malgré la multiplicité des lieux, se déroulait à huis-clos. Les personnages sont comme prisonniers d’un environnement plein de désolation.
Mais carrément !!! Very Happy

Superphane a écrit:
Je rajoute également que je trouve la couverture du livre absolument magnifique !!!
Absolument !!! Very Happy

Bref, je me retrouve totalement dans les impressions de Superphane. Une tension palpable tout au long de ce récit agrippant !!! Very Happy

Cela a en plus attisé ma curiosité concernant le premier titre de l'auteur !!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://ondeabulles.canalblog.com/
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2620
Age : 39
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Brillant comme du Pastore !   Mer 8 Aoû 2012 - 13:52

Effectivement , l'ambiance mise en place par Pastor se révèle comme le point fort de cette BD , ambiance des lieux (le drugstore , l'onglerie , les hangars , les bagnoles ...) , des couleurs , de cette voix off qui superpose des dialogues tantôt poétiques , tantôt humoristiques.
C'est un beau mélange des genres qui nous est proposé et il n'y a pas grand chose à redire si ce n'est deux ou trois longueurs. Là ou "noir" nous laissé clairement sur notre faim , il y a ici toute l'épaisseur que l'on peut attendre d'un thriller , notamment dans la dimension psychologique proposée par les personnages.
J'ai trouvé pour ma part le suspense grandement maitrisé , le personnage du cow-boy avec la chemise à carreaux rouge apporte son lot de mystère et jusqu'au bout , je me suis interrogé sur la réelle identité du tireur. Très envie de lire Las Rosas dont les critiques avaient étés dithyrambiques.
Revenir en haut Aller en bas
myrte
Titulaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 141
Age : 39
Localisation : chamalières
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Castilla Drive d'Anthony Pastor   Mar 14 Aoû 2012 - 8:37

Je suis d'accord avec Superphane, la couverture est superbe (comme le reste des dessins d'ailleurs) ,le récit haletantet l'atmosphère pesante. Les personnages sont atypiques et touchants, les couleurs servent parfaitement bien le récit. Je comprends que Sally attise le désir de ces trois hommes, elle est superbe.
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4744
Age : 50
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: un charme désuet   Mer 29 Aoû 2012 - 6:33

Je ne sais pas pourquoi, sans doute à cause des tons très pastels des couleurs, ou alors du fait des plans extérieurs dans ce coin industriel et gelé, mais j'ai eu l'impression d'être devant un film noir américain des années soixante-dix, avec Al Pacino sous les bandages. Sauf qu'il ressemble plutôt à Stallone, le héros.
Pas de doute, c'est un très bon film livre qu'il m'a été donné de voir lire. Des mots comme désolation, ambiance, décalage ont déjà été cités. J'ajouterai seulement que les bons ingrédients d'un livre noir sont réunis. On entre par un trou de serrure dans l'intimité de personnages dont la vie bascule ; on n'en sort pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
wijbick

avatar

Féminin Nombre de messages : 215
Age : 35
Localisation : clermont city
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Mer 29 Aoû 2012 - 10:31

bleu comme une carrosserie de voiture dans laquelle se reflète les lumière de la télé un lundi a 18h
Revenir en haut Aller en bas
http://clairewijbick.blogspot.com
stefan



Masculin Nombre de messages : 82
Age : 39
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 02/02/2011

MessageSujet: Embrumé   Mer 29 Aoû 2012 - 19:52

je n'arrive pas à savoir si la critique qui me précède est positive ou non.
On n'a qu'à dire que non.
Alors du coup j'abonde.

Pas d'empathie. Un livre qui ne m'a pas touché. L'intrigue a défilé sans que la trajectoire des personnages ne m'atteigne (il faut dire que je l'ai lu alors que je suis plongé dans The Killing : série policière un tantinet plus complexe...)

Cela fait un peu Macguffin comme intrigue mais pas vraiment exploité comme Hitchcock ou Welles...

Il est cependant vrai qu'il nous reste après la lecture une certaine atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1761
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Mer 29 Aoû 2012 - 21:39

Je bondis haut et fort après tes impressions de lectures concernant Azimuth et Castilla Drive !!!
D'abord, je ne vois absolument pas comment "comparer" The Killing et Castilla Drive (comparer n'est pas le terme exact, tu ne m'en voudras pas !). On louche pour le dernier plutôt du côté du roman noir américain que du polar à intrigue (y a-t-il une enquête d'ailleurs ?), aussi complexe et touffue soit-elle. Ce qui est sûr, c'est que Pastor a du style et sait créer des atmosphères. On peut, certes, comme le fait Fred (?) lui faire le reproche d'un exercice un peu appliqué - trop convenu ? - en hommage au film américain. Mais je trouve la réalisation pour ma part assez virtuose.

Là où je bondis encore plus haut, c'est quand je passe à ta lecture d'Azimuth, livre dont je n'ai pas parlé, parce que sinon, j'aurais sans doute été grossier. Wijbick a su bien synthétiser ma pensée, cependant ! C'est un livre presque putassier.
Les ingrédients bien connus dont tu parles ne titillent aucunement ma curiosité et je déplore seulement que ce type de livre renforce encore un peu plus le nombre de lecteurs plein de testostérone qui envahissent les librairies spécialisées dans la vente de bds, laissant la gente féminine souvent loin des rayonnages... Je reste donc avec Sally, femme nettement plus touchante que l'héroïne siliconée d'Andreae. Et qui plait même aux femmes.
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4744
Age : 50
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: contre emploi ?   Jeu 30 Aoû 2012 - 6:09

En outre, je ne suis pas bien certain que tu connaisses la réelle signification de l'expression hitchcockienne Mac Guffin.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3138
Age : 43
Localisation : Dans les starting blocks...
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Jeu 30 Aoû 2012 - 7:53

On est proche des polars des années soixante-dix, où il s'agit de décadrer le centre d'intérêt (toute proportion gardée), où l'intrigue n'est pas celle qu'on croit, qui embraient sur les ouvertures faites notamment par Aldrich et Siegel.
Cependant, n'ayant pas lu les autres albums de Pastor avant (désolé...), je m'attendais, au vu des couvertures ultra référencées, à davantage d'audace dans ce sens pour l'intérieur ; c'est vrai que ça reste 'sage'.
Revenir en haut Aller en bas
stefan



Masculin Nombre de messages : 82
Age : 39
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 02/02/2011

MessageSujet: volée de bois vert   Jeu 30 Aoû 2012 - 11:23

bien sûr un Mac Guffin est le plus souvent un objet mais c'est en définitive « un élément de l'histoire qui sert à l'initialiser, voire à la justifier, mais qui se révèle, en fait, sans grande importance » (wikipédia)
pour moi c'était surtout une manière de dire que j'ai été déçu du dénouement et je trouve qu'il est difficile dans une même œuvre de proposer une atmosphère, des personnages forts, un regard sur le monde... et quand on lit une enquête, on a envie d'une astuce à la Leroux (je sais que ce n'est pas du tout la même atmosphère), je ne sais pas moi, d'être surpris en définitive.

Et par rapport à Azimuth, Léo a prouvé qu'il ne fallait pas s'arrêter à la plastique [on ne peut plus caricaturale et figée au premier abord chez lui] mais espérer que le scénario nous emporte dans un univers cohérent dont le décalage peut même donner finalement un éclairage sur notre monde contemporain...
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2620
Age : 39
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   Dim 23 Aoû 2015 - 13:11

On en avait pas parlé et c'est bien dommage, Castilla Drive ayant tout de même fait partie des finalistes du Sherif cru 2012 mais l'an passé Anthony Pastor a donné suite aux aventures de Sally et consorts à travers un nouveau one shot, Bonbons atomiques.



J'ai profité d'un peu de temps libre et des vacances pour me plonger dans ce nouveau polar, on y retrouve les principaux protagonistes croisés dans Castilla Drive, la détective Sally et ses deux enfants, sa copine Pat, Osvaldo avec qui elle vit depuis un an et demi ainsi que Rayo, le flic protecteur.
Nous voilà reparti pour une nouvelle intrigue, Sally Salinger étant chargé de filer le riche patron d'une usine fabriquant des bonbons hallucinogènes et soupçonné par sa femme d'infidélité depuis qu'il a embauché la mystérieuse Gabriela, belle femme au passé obscure et chargée de convaincre le fiston du boss, de faire un peu de promotion par son image, pour la société du papa.
C'est toute une intrigue qui se mets alors en place, la dimension psychologique de chaque personnage prends alors petit à petit forme, venant compléter naturellement les éléments entrevus dans Castilla Drive. Malgré quelques longueurs, cette enquête policière nous tiendra une fois de plus en haleine, on peut même imaginer un nouveau volet tant Pastor est parvenu à mettre en place univers et personnage.

http://www.telerama.fr/livre/bedetheque-ideale-50-bonbons-atomiques-polar-nucleaire-d-anthony-pastor,111565.php
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Castilla Drive, d'Anthony Pastor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Castilla Drive, d'Anthony Pastor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Castilla Drive, d'Anthony Pastor
» Le Sentier des Reines, d'Anthony Pastor (Casterman)
» Anthony Hope, "Le prisonnier de Zenda"
» 19 Bennett (Anthony Buckeridge) en BV des années 70
» [manga] Blazer Drive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: