AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Une nuit à Rome, de Jim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3108
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Une nuit à Rome, de Jim   Jeu 3 Mai 2012 - 19:27



À quarante ans, la vie est jouée... on est casé, ou pas ; un boulot depuis belle lurette, ou pas, mais ça ne change plus vraiment. C'est ainsi que vit Raphaël, enfin posé dans une vie qui lui convient, prêt pour voir ses vieux jours arriver.
C'est pourtant ce qu'il avait tenté de conjurer, à vingt ans, en se promettant avec la belle Marie, de se retrouver, quoi qu'il arrive, la nuit de leurs quarante ans à Rome. Marie partage avec lui une date de naissance commune, mais désormais, tout le reste les sépare. Raphaël l'a même oubliée ! Mais Marie se rappelle à lui lors de sa fête d'anniversaire...


Sur ce pitch très simple, Jim brode un mélo très classique, aux ficelles scénaristiques un peu éculées, attendues, en tout cas suffisamment bien rodées pour tenir droites. L'évocation de l'amour de jeunesse devrait toucher quasiment tout le monde : c'est ces souvenirs que Jim convoque, questionnant notre rapport au temps, au vieillissement, au souvenir.

Un thème donc très grand public, assorti d'un dessin qui ne l'est pas moins : ce n'est pas non plus par son graphisme, sa couleur, très réalistes, ni par sa mise en page que l'album sortira des sentiers battus. D'ailleurs, on sent que c'est bien davantage le plaisir de dessiner l'Italie, ses personnages féminins, qui meut l'auteur que l'histoire en elle-même, un désir d'ailleurs, dont il s'explique dans la préface, un désir d'ailleurs aussi dans l'évolution de son dessin.
C'est sans doute ce plaisir que Jim réussit à faire passer le mieux au lecteur : les couleurs sont chaudes, le récit est fluide, les personnages sont beaux, on passe un très bon moment de divertissement dans ces pages.


Sorti dans la collection 'grand angle' de Bamboo, l'album se voit affublé du slogan « la bd comme au cinéma » : effectivement, c'est un peu ça. On se retrouve dans un bon film grand public sur les sentiments des quadras bobos, qui se préoccupent bien peu du monde qui les entourent, qui n'écoutent que leur cœur, qu'ils essaient de faire battre un peu plus fort. Et pour ça, le personnage de Marie conserve encore, à la fin de ce tome (l'histoire est prévue en 2), un peu de force. Femme fatale, étudiante vénéneuse qui plient tous les hommes à sa volonté, elle paraît étonnamment attachée à cette promesse puérile, faite vingt ans plus tôt.

Les premières pages de l'album révèlent une fin tragique dont nous ne comprenons pas encore tous les enjeux, et le suspense reste assez vivace à la fin de la lecture de ce tome, qui se lit comme une bonne série télé de l'été.


le blog de l'album, bourré de documents passionnants : http://jimtehy.blogspot.fr/

Très belle édition limitée canal bd.

Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3108
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Jeu 3 Mai 2012 - 19:41

une vidéo sympa : http://vimeo.com/39146308
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2300
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Jeu 3 Mai 2012 - 21:01

Très bien faite cette petite vidéo !
J'ai craqué pour l'édition Canal BD, pas encore lu mais déjà du plaisir à feuilleté l'objet. On retrouve un peu les mêmes thèmes que dans Petites éclipses... J’attends le bon moment pour pouvoir savourer cette lecture prometteuse !
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2300
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Mer 16 Mai 2012 - 17:01

J'ai lu et c'est effectivement très bon. Jim nous livre ici un excellent dessin (même si ce n'est pas le style dans lequel on le voit le plus souvent, a ma connaissance c'est presque une première). Le travail sur les couleurs est particulièrement intéressant, je trouve. Le scénario se tient bien, on sent toute l’expérience de l'auteur derrière. Il faut dire qu'il possède une palette plutôt bien fournie avec des style très différents. Il y a donc de l'humour, des sentiments et de l'action.... Tout ça avec des personnages qui ont une réel épaisseur, plus qu'il n'y parait au premier coup d’œil, je pense.
J'attends la suite avec impatience et en attendant je vais pouvoir relire cet excellent tome un !
Revenir en haut Aller en bas
Didine
Titulaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 299
Age : 37
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 02/10/2011

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Lun 4 Juin 2012 - 8:52

Comment rester insensible à ce délire amoureux de jeunesse ??!! Laughing
J'ai pris énormément de plaisir à la lecture de cet album et attends la suite avec grande impatience... L'histoire de ces deux quarantenaires me tient en haleine même si j'en connais déjà la fin tragique...
Les dessins et les couleurs sont remarquables et quel plaisir de découvrir les planches sur l'un de mes pays coup de cœur : l'Italie !!
Certes, comme le dit Eraserhead, c'est une lecture que l'on peut qualifier de "BD série tv" pour grand public... Mais cet ouvrage en devient-il pour autant inintéressant ?? Ce n'est en tout cas pas mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4735
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: week-end avec Étienne   Lun 4 Juin 2012 - 11:43

L'expression "grand public" apparaît deux fois dans ta chronique, Eraserhead, du bout de la langue, comme s'il s'agissait d'un gros mot. À moins que tu ne l'aies entendu dans le sens "universel", auquel cas oui, et tu le soulignes, l'album s'adresse à des fantasmes et désirs d'absolu ou d'éternité qui appartiennent à tous. Tu parles justement des questions que soulève la scène d'ouverture. Elle est à mon sens le seul contrefort d'un sujet qui, pour ne pas dire fragile, n'en demeure pas moins léger. Mais peut-être a-t-on besoin de légèreté… et d'amour torride. Cette séquence retient tout le suspense et permet de croire que le second tome réservera des surprises qui viendront contredire les clichés entrevus dans le premier volume.
Ce qui me gêne le plus, à vrai dire, ce sont comme on dit en politique les "éléments de langage". Je n'aime pas trop le "parlé vrai", les dialogues écrits comme on parle, les expressions à la mode. Confrontés à une autre époque, ils apparaissent désuets et donnent un bon coup de vieux à l'œuvre.
Mais bon, le livre se laisse lire et Jim reste fidèle à ce qu'on sait de lui : l'humanité.


Dernière édition par fred le Lun 4 Juin 2012 - 17:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
BenBecker

avatar

Masculin Nombre de messages : 2959
Age : 37
Localisation : pas loin de chez Capitaine Nicrotte
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Lun 4 Juin 2012 - 12:23

eraserhead a écrit:
une vidéo sympa : http://vimeo.com/39146308
J'ai un contact professionnel avec l'imprimerie locale La Source d'Or qui s'occupe des éditions FLBLB. On peut éventuellement envisager une visite !!! Very Happy Wink
Pour en avoir réalisé une en tout début d'année, ce fut ultra-enrichissant et intéressant !!! Cool
Revenir en haut Aller en bas
http://ondeabulles.canalblog.com/
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2300
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Lun 4 Juin 2012 - 16:22

Une visite d'imprimerie, oh! oui ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3108
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Lun 4 Juin 2012 - 17:04

super !!
un jour où ils impriment une bd, ce serait top !
Revenir en haut Aller en bas
BenBecker

avatar

Masculin Nombre de messages : 2959
Age : 37
Localisation : pas loin de chez Capitaine Nicrotte
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Mar 5 Juin 2012 - 9:03

Afin d'éviter de polluer ce sujet, direction ici !!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://ondeabulles.canalblog.com/
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2611
Age : 39
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: Oui mais bon   Mer 6 Juin 2012 - 19:51

Je ne pensais pas qu'un album avec autant de défauts pourrait me plaire à ce point , j'ai plein de reproches à lui faire et pourtant j'ai adoré !
Bon tiens puisque vous parliez de l'impression et de l'édition , je ne sais pas vous mais mon exemplaire ne vivra pas vieux , le premier quart des pages est déjà en train de se détacher de sa ficelle pale.
Autre mauvais choix , la quatrième de couv' dont le résumé est à mon sens bien trop bavard puisque l'élément déclencheur de l'intrigue n'arrive finalement pas sur les premières pages.
Je trouve aussi les couleurs un peu criarde et les personnages ont tendance à ne pas faire réellement leur âge , c'est bien dommage puisqu'il s'agit d'une thématique forte de la BD.

Outre ses petits bémols qui ne m'ont finalement pas trop gâché la vie , j'ai énormément apprécié , comme dans Petites éclipses ou l'invitation , Jim est réellement à son aise sur les sujets de l'amour , de l'amitié , de la vie quoi et il parvient à captiver le lecteur autour d'une histoire qui peut tous nous toucher. L'intrigue est troublante , elle éveille la curiosité et je trépigne déjà d'impatience de lire la suite de cette nuit qui risque fort de ne pas se dérouler comme prévue.

Tiens pour la peine , je m'en vais relire l'invitation !
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: légère colère   Dim 10 Juin 2012 - 14:00

C’est le grand penseur de l’amour Fransz-Olivier Gisbert qui fournit l’épigraphe du livre.
Se déclarant, même heureux en couple, toujours à l’affût… Tout un programme… Question amour et littérature, on est quand même en droit de lui préférer Jane Austen.
Passons sur cette douloureuse première impression pour suivre une belle inconnue sur les rives italiennes de la Méditerranée : on a droit à un prologue tout au futur comme pour singer maladroitement Duras ou Sarraute. Physique sculptural, forcément.
Retrouvons ensuite une troupe de quarantenaires croquée autour de quelques clichés (les fameux « plaisirs régressifs ») tout droits sortis d’une chanson de Bénabar (l’épée Stars wars, l’Autobus à impérial "avec Tigresse, Génial !", les bonbons Haribo et des références musicales bien convenues). J’ai presque honte d’avoir quarante ans…
Arrive la cassette vidéo et je m’interroge… Mais pourquoi ne pas s’être donné rendez-vous – comme le suggère l’autre penseur Patrick Bruel – tous les dix ans ? Et une fois expédiée la rencontre des quarante, aura-t-on droit à la rencontre des soixante ?
Je suis devant un livre et je n’ai strictement rien à fiche de ce que l’auteur me raconte…
Le premier tiers s’achève et je n’en peux déjà plus des affreux sourires ultra brite à chaque page.
Je vais finir par respect pour l’auteur de l’invitation...
Quelques poses lascives sur des canapés poussiéreux ou des lits défaits ne parviennent pas à m’exciter davantage. (Je ne vois d’ailleurs qu’une chose qui a pu exciter eraserhead : l’Italie !)
Et pour finir, « le coup du patch »… C’est beau comme du Marc Levy…

Idéal en effet pour une série télé estivale à rallonge avec ce qu’il faut d’intrigue amoureuse, ce qu’il faut de drame, ce qu’il faut de sexe où les corps transpirent, ce qu’il faut de soleil, ce qu’il faut de dents bien blanches, ce qu’il faut de bons sentiments contrariés, ce qu’il faut de gars mal rasés qui roulent à moto, ce qu’il faut de mer méditerranée avec des criques et du sable fin, ce qu’il faut d’alcool, ce qu’il faut de mines renfrognées au réveil, ce qu’il faut de souvenirs secrets, ce qu’il faut de cheveux longs qui flottent dans le vent avec le regard perdu à l’horizon, ce qu’il faut d’amitiés trahies, ce qu’il faut de sms parce qu’on vit quand même dans un monde moderne, ce qu’il faut de fin qui nous tirera une petite larme
Non, on attendra pas le volume deux et avec Can, pour se dire que Jim vaut bien mieux que ça, on relira vite l’invitation. Sans bonbons Haribo.


Dernière édition par Superphane le Lun 11 Juin 2012 - 15:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3108
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Dim 10 Juin 2012 - 15:31

Laughing
j'aime bien aussi les poses lascives, et les physiques sculpturaux.
ça prend dix minutes à lire, on a besoin de soleil... y a des couleurs...

ne me fais pas dire ce que je n'ai pas dit : je t'avais prévenu :

Citation :
Un thème donc très grand public, assorti d'un dessin qui ne l'est pas moins : ce n'est pas non plus par son graphisme, sa couleur, très réalistes, ni par sa mise en page que l'album sortira des sentiers battus

Citation :
Sorti dans la collection 'grand angle' de Bamboo, l'album se voit affublé du slogan « la bd comme au cinéma » : effectivement, c'est un peu ça. On se retrouve dans un bon film grand public sur les sentiments des quadras bobos, qui se préoccupent bien peu du monde qui les entourent, qui n'écoutent que leur cœur, qu'ils essaient de faire battre un peu plus fort. Et pour ça, le personnage de Marie conserve encore, à la fin de ce tome (l'histoire est prévue en 2), un peu de force. Femme fatale, étudiante vénéneuse qui plient tous les hommes à sa volonté, elle paraît étonnamment attachée à cette promesse puérile, faite vingt ans plus tôt.

Les premières pages de l'album révèlent une fin tragique dont nous ne comprenons pas encore tous les enjeux, et le suspense reste assez vivace à la fin de la lecture de ce tome, qui se lit comme une bonne série télé de l'été.
Revenir en haut Aller en bas
colux
Titulaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 2431
Age : 45
Localisation : Paname
Date d'inscription : 20/11/2007

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Dim 10 Juin 2012 - 15:40

Superphane a écrit:
C’est le grand penseur de l’amour Fransz-Olivier Gisbert qui fournit l’épigraphe du livre.
Se déclarant, même heureux en couple, toujours à l’affût… Tout un programme… Question amour et littérature, on est quand même en droit de lui préférer Jane Austen.
Passons sur cette douloureuse première impression pour suivre une belle inconnue sur les rives italiennes de la Méditerranée : on a droit à un prologue tout au futur comme pour singer maladroitement Duras ou Sarraute. Physique sculptural, forcément.
Retrouvons ensuite une troupe de quarantenaires croquée autour de quelques clichés (les fameux « plaisirs régressifs ») tout droits sortis d’une chanson de Bénabar (l’épée Stars wars, l’Autobus à impérial "avec Tigresse, Génial !", les bonbons Haribo et des références musicales bien convenues). J’ai presque honte d’avoir quarante ans…
Arrive la cassette vidéo et je m’interroge… Mais pourquoi ne pas s’être donner rendez-vous – comme le suggère l’autre penseur Patrick Bruel – tous les dix ans ? Et une fois expédiée la rencontre des quarante, aura-t-on droit à la rencontre des soixante ?
Je suis devant un livre et je n’ai strictement rien à fiche de ce que l’auteur me raconte…
Le premier tiers s’achève et je n’en peux déjà plus des affreux sourires ultra brite à chaque page.
Je vais finir par respect pour l’auteur de l’invitation...
Quelques poses lascives sur des canapés poussiéreux ou des lits défaits ne parviennent pas à m’exciter davantage. (Je ne vois d’ailleurs qu’une chose qui a pu exciter eraserhead : l’Italie !)
Et pour finir, « le coup du patch »… C’est beau comme du Marc Levy…

Idéal en effet pour une série télé estivale à rallonge avec ce qu’il faut d’intrigue amoureuse, ce qu’il faut de drame, ce qu’il faut de sexe où les corps transpirent, ce qu’il faut de soleil, ce qu’il faut de dents bien blanches, ce qu’il faut de bons sentiments contrariés, ce qu’il faut de gars mal rasés qui roulent à moto, ce qu’il faut de mer méditerranée avec des criques et du sable fin, ce qu’il faut d’alcool, ce qu’il faut de mines renfrognées au réveil, ce qu’il faut de souvenirs secrets, ce qu’il faut de cheveux longs qui flottent dans le vent avec le regard perdu à l’horizon, ce qu’il faut d’amitiés trahies, ce qu’il faut de sms parce qu’on vit quand même dans un monde moderne, ce qu’il faut de fin qui nous tirera une petite larme
Non, on attendra pas le volume deux et avec Can, pour se dire que Jim vaut bien mieux que ça, on relira vite l’invitation. Sans bonbons Haribo.
J'ai pas lu la BD, mais j'adore le commentaire ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Tue-Loup
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 905
Age : 52
Localisation : Aulnat
Date d'inscription : 07/02/2011

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Dim 10 Juin 2012 - 21:54

colux a écrit:
Superphane a écrit:
C’est le grand penseur de l’amour Fransz-Olivier Gisbert qui fournit l’épigraphe du livre.
Se déclarant, même heureux en couple, toujours à l’affût… Tout un programme… Question amour et littérature, on est quand même en droit de lui préférer Jane Austen.
Passons sur cette douloureuse première impression pour suivre une belle inconnue sur les rives italiennes de la Méditerranée : on a droit à un prologue tout au futur comme pour singer maladroitement Duras ou Sarraute. Physique sculptural, forcément.
Retrouvons ensuite une troupe de quarantenaires croquée autour de quelques clichés (les fameux « plaisirs régressifs ») tout droits sortis d’une chanson de Bénabar (l’épée Stars wars, l’Autobus à impérial "avec Tigresse, Génial !", les bonbons Haribo et des références musicales bien convenues). J’ai presque honte d’avoir quarante ans…
Arrive la cassette vidéo et je m’interroge… Mais pourquoi ne pas s’être donner rendez-vous – comme le suggère l’autre penseur Patrick Bruel – tous les dix ans ? Et une fois expédiée la rencontre des quarante, aura-t-on droit à la rencontre des soixante ?
Je suis devant un livre et je n’ai strictement rien à fiche de ce que l’auteur me raconte…
Le premier tiers s’achève et je n’en peux déjà plus des affreux sourires ultra brite à chaque page.
Je vais finir par respect pour l’auteur de l’invitation...
Quelques poses lascives sur des canapés poussiéreux ou des lits défaits ne parviennent pas à m’exciter davantage. (Je ne vois d’ailleurs qu’une chose qui a pu exciter eraserhead : l’Italie !)
Et pour finir, « le coup du patch »… C’est beau comme du Marc Levy…

Idéal en effet pour une série télé estivale à rallonge avec ce qu’il faut d’intrigue amoureuse, ce qu’il faut de drame, ce qu’il faut de sexe où les corps transpirent, ce qu’il faut de soleil, ce qu’il faut de dents bien blanches, ce qu’il faut de bons sentiments contrariés, ce qu’il faut de gars mal rasés qui roulent à moto, ce qu’il faut de mer méditerranée avec des criques et du sable fin, ce qu’il faut d’alcool, ce qu’il faut de mines renfrognées au réveil, ce qu’il faut de souvenirs secrets, ce qu’il faut de cheveux longs qui flottent dans le vent avec le regard perdu à l’horizon, ce qu’il faut d’amitiés trahies, ce qu’il faut de sms parce qu’on vit quand même dans un monde moderne, ce qu’il faut de fin qui nous tirera une petite larme
Non, on attendra pas le volume deux et avec Can, pour se dire que Jim vaut bien mieux que ça, on relira vite l’invitation. Sans bonbons Haribo.
J'ai pas lu la BD, mais j'adore le commentaire ! cheers

J'ai lu la BD et J'AAADDDOOORRREEE le commentaire (impossible de faire mieux et d'être aussi synthétique que Superphane)

Je ne pensais pas qu'un album avec autant de défauts pourrait me DEPLAIRE à ce point , j'ai plein de reproches à lui faire ... je déteste cette BD. (CAN)

Je la trouve moche (le dessin, les couleurs, l'histoire, les personnages...) et pathétique de cliché et de bêtise sur la vision du couple.

Francz-Olivier GISBERT !!! fallait osez ...
heureux en couple, toujours à l’affût… Je rêve ?
Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4735
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: encore un auteur qui va être content   Lun 11 Juin 2012 - 6:06

Oui, après Georges Pérec et François Hollande, Superphane est le nouvel héraut de l'anaphore moderne Very Happy
Dommage qu'il ait tant de problèmes avec les participes passés Laughing
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2300
Age : 50
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Lun 11 Juin 2012 - 11:35


J'ai lu la BD et j'abhorre les commentaires.

Sur ce coup, chers camarades, je vous trouve bien dur et pour tout dire très léger.
Certes, c'est une BD apparemment superficielle, qui se base sur des clichés et qui ne va pas révolutionner le genre... De là a enfiler des références douteuses plus ou moins caricaturales, c'est vous qui tombez dans les clichés !
Vous me décevez, ça manque d'argument tout ça !
Si après ça plus personne n'ose dire ce qu'il pense de cette BD, rien d’étonnant.

Comme pour les documentaires le mois précédent, s'il faut en plus éliminer les œuvres "grand public", il faut le dire tout de suite.

Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1759
Age : 46
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Lun 11 Juin 2012 - 15:26

Cher chef,

Tu as écris tout petit mais j'ai quand même réussit à lire.
J'ai corriger.
Ta remarque m'a peiner et j'ai eut un peu honte sur le coup, mais maintenant, c'est passer.
Je vais essayé de faire un peu plus attention.
C'est promi.
Revenir en haut Aller en bas
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 962
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Lun 11 Juin 2012 - 18:02

Joco a écrit:

Si après ça plus personne n'ose dire ce qu'il pense de cette BD, rien d’étonnant.

pas encore lu, mais moi qui fais partie du grand public (et j'assume !) je te promets que je dirai tout le bien ou le mal que j'en pense sans me laisser influencer ! ( c'est vrai que la critique est sévère, je l'ai connue plus souple sur, par exemple "nous ne serons jamais des héros" qui avait attiré mes foudres - toutes relatives Wink ...)

du coup j'ai super envie de le lire !!!! (surtout si ça parle de soleil d'amour et d'Italie ...!)
Revenir en haut Aller en bas
eric
Jury du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 278
Age : 42
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 11/11/2011

MessageSujet: Finalement, j'aime   Dim 17 Juin 2012 - 21:30

Can a écrit:
Je ne pensais pas qu'un album avec autant de défauts pourrait me plaire à ce point , j'ai plein de reproches à lui faire et pourtant j'ai adoré !
Je me retrouve dans cette introduction de Can.

Je partais avec un fort a priori négatif sur ce livre. Le synopsis bateau associé à des dessins que je trouvais trop propres, trop colorés. Mais où est l’aspérité ? Quand on ouvre le livre, c'est le summum avec le suicide : on en a plus rien à faire de la vie, mais il est important de le faire nue. Plus racoleur, tu meures.

Et puis, parce qu'il faut le lire, je l'ai lu, et je me suis fait prendre. Les hésitations du personnage sentent le vrai, et surtout, j'ai aimé les copains qui cherchent à se convaincre sur l'air du "tu as une vie merveilleuse. non c'est toi." Ces quadragénaires sont paumés, et Jim le rend bien.

Finalement, j'ai aimé ce livre, et je me retrouve, contre ma première impression, à attendre le second tome avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
myrte
Titulaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 141
Age : 39
Localisation : chamalières
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: Une nuit à Rome de Jim   Lun 18 Juin 2012 - 15:25

Je suis assez d'accord avec Eric, je partais moi aussi avec un a priori assez négatif avant de lire cette BD... et puis j'ai passé un excellent moment. J'ai aimé cette BD, je me suis laissée porter par l'histoire et toucher par les personnages, notamment le copain qui lâche tout pour amener son ami à l'aéroport, histoire de vivre par procuration ce qu'il ne s'autorise pas.
Bref, il me tarde de lire la suite moi aussi...
Revenir en haut Aller en bas
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 962
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Lun 25 Juin 2012 - 18:10

J'avais emprunté en même temps, histoire de rigoler, celui-ci et Hors Zone. J'avais dans l'idée de me réconforter dans la lecture d'une bluette pour quadras nostalgiques (ce que je ne suis pas (nostalgique, hein... What a Face )) avant d'attaquer ce dernier.
Cette bluette - qui n'en est pas une au final - donne effectivement le ton dès les premières pages : nous y verrons des larmes, de belles lumières, des yeux félins et de jolies fesses. Je n'ai rien contre tout ça.
Alors oui, ya des cli... ha non pardon, faut pas dire le mot ici... je veux dire, certes c'est grand publ... ha merde, non plus. Bon !
Toujours est-il que ça se laisse lire, comme on dit, pas d'incohérence dans le propos ( m'enfin les gars, vous rigolez ? Shocked Ne me faites pas croire que vous n'en connaissez pas, des prédateurs perpétuellement à l'affut, même heureux en couple ? ), le dessin est honnête et même si l'histoire est un peu trop romanesque à mon goût (le coup du pote débauché pour un transfert en urgence, mouais...), cet ouvrage ne mérite à mon sens pas la diatribe Superphanesque !
Toujours pour rester dans la comparaison avec Nous ne serons jamais des héros, dans le genre cliché (allez, c'est dit!), on est ici très très light par rapport au poids lourd du genre !
Non sérieusement, c'est un bon divertissement, l'histoire a malheureusement été très loin de me prendre aux tripes car il est difficile (pour l'instant ?) de s'attacher à l'un ou l'autre des personnages. Mais la lecture s'est faite sans déplaisir.
Ce qui est déjà beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
BenBecker

avatar

Masculin Nombre de messages : 2959
Age : 37
Localisation : pas loin de chez Capitaine Nicrotte
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Mar 26 Juin 2012 - 20:39

Bon, pas grand chose à dire : lecture plutôt plaisante, des personnages à la fois proches et attachants, un récit maîtrisé, de très belles couleurs et une édition plus que convenable! Je confirme donc, une très agréable lecture... malgré tout atténuée d'une suite à venir...
Ah ces quarantenaires et leurs états d'âme !!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://ondeabulles.canalblog.com/
wijbick

avatar

Féminin Nombre de messages : 215
Age : 35
Localisation : clermont city
Date d'inscription : 08/03/2009

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Ven 29 Juin 2012 - 15:27

Je ne serai pas si sevère non plus...
Il faut attendre le tome 2 en ffet pour savoir ou l'auteur nous emmene...
Malhureusement, je dois avouer avoir peu d'espoir
Barbie et Ken ont 40 ans et le monde se reduit a leurs petites intrigues amoureuses, c'est tout pour le tome 1 en tout cas
C'est tout mais c'est pas mal fait
Je n'ai pas detesté cette lecture etonnamment malgré le dessin pub pour le dentifrice et la lingerie feminine et malgré cet univers petits bourgois moderne qui en general est un peu creux et ennuyeux
disons que c'est une intrigue sur l'amour, la vision de l'amour, le decalage entre fantasme et realité, les ponts a farie ou ne pas faire entre fantasme et realité...L'age adulte et l'adolescnce
De ce point de vu là, c'est pas si mal
Revenir en haut Aller en bas
http://clairewijbick.blogspot.com
Mémère
Titulaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 994
Age : 47
Localisation : Brenat
Date d'inscription : 08/02/2007

MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   Dim 1 Juil 2012 - 9:46

Ce n'est pas la BD du siècle, ni de l'année et même pas celle du mois, mais je ne serai pas aussi sévère que certains.
Nous sommes bien dans une œuvre faite pour plaire au plus grand nombre et ça ne me gène pas, même si ce n'est pas le genre de BD que j'ai envie de voir figurer dans notre top 10 annuel (il faudrait vraiment que la sélection du mois soit très faible)
Je fais partie de ceux qui liront la suite et je n'ai même pas honte !
Il faut dire que la 1ère scène m'intrigue un peu et laisse planer un doute sur les intentions de Raphaël.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une nuit à Rome, de Jim   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une nuit à Rome, de Jim
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit à Rome, de Jim
» Pas cette nuit (Jean-Claude Rousseau)
» Italie - Rome - Eté 2007
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Une belle photo ? une bonne photo ? LA photo ?...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: