AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tue-Loup
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 905
Age : 52
Localisation : Aulnat
Date d'inscription : 07/02/2011

MessageSujet: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Lun 27 Fév 2012 - 0:15

David, les femmes et la mort


Comment un tel livre peut passer à travers les mailles du filet ???



Au moment où naît sa petite fille Louise, David apprend qu'il a un cancer
Dès le prologue, on se prend (comme David)l'annonce de la maladie en pleine tête.
Mais qui c'est ce David , on ne connaît rien de lui, ni de sa vie.
Judith VANISTENDAEL (l'auteur) nous fait prendre un chemin particulier ... elle ne va pas faire une « biographie classique »... elle nous conduit à faire la connaissance des femmes qui partageront les derniers mois de sa vie. Ces femmes font totalement parties de la vie de David. C'est à travers elles que nous comprendrons et commencerons à construire une certaine identité à son personnage.

Il y a MIRIAM (24 ans) sa fille qu'il a eu avec JULIA, la femme qui a disparu ...
Il y a TAMAR (8 ans) sa deuxième fille ...
Il y a PAULA (37 ans) la mère de Tamar et la compagne de DAVID

On peut rajouter deux autres femmes qui sont un peu aux frontières de sa vie: BOBONNE (sa maman, morte ? ) et LOUISE sa petite fille (la fille de MIRIAM)

Le livre est découpé en 4 chapitres. Le premier est consacré à Miriam.
Judith Vanistendael a un sens du rythme narratif incroyable, après son
« implacable prologue » elle prend un magnifique contre-pied et nous livre des planches magnifiques sur la naissance de Louise. L’accouchement (en solitaire …) est de toute beauté, le dessin et l’utilisation des couleurs sont parfaits, ils font naître une grande et belle émotion.

Cette qualité graphique reste présente tout le long des 280 pages du livre et l’utilisation des pastels renforce parfaitement les émotions et les sentiments des personnages.
Dans chaque chapitre, de belle scène onirique (Miriam dansant avec la mort, Tamar et sa rencontre avec une sirène, David qui trouve du réconfort auprès de Bobonne …) Ces rêves fonctionnent comme des respirations, comme des espaces de liberté ou les personnages arrivent à affronter la terrible réalité de la maladie.
Pour Julia, l’ombre de la mort semble encore plus terrifiante, elle ne se réfugie pas dans l’imaginaire. C’est au cours d’un voyage professionnel quelle trouve la force de mettre des mots et des images sur sa douleur. C’est une créatrice, elle a besoin de se représenter la mort pour l’accepter et envisager un futur à sa propre existence. Les images ce sont les radios de david, qu’elle va découper pour construire le squelette contre lequel elle se blottira pour enfin trouver le sommeil. Je trouve cette idée superbe, elle possède une force symbolique incroyable et son choix comme illustration pour la couverture ne fait que le confirmer.

Alors, oui c’est un livre qui parle de la maladie, de la mort, de l’accompagnement de la fin de vie, de l’euthanasie (sans démagogie et avec beaucoup d’intelligence, il me semble …) mais sans jamais tomber dans le piège du pathos.
D’un sujet casse gueule au possible et assez rare dans les thématiques de la BD, Judith nous livre un roman graphique somptueux, plein de vie et d’espoir. C’est une BD qui souligne l’importance et la difficulté de faire son deuil pour poursuivre sa propre vie (à l’image de Max, le copain de Tamar qui lui offre un pendentif avec une petite bouteille pour sauver les 21grammes de l’âme de son papa).

Je ne sais pas si cette BD est un chef d’œuvre ou simplement un très bon livre, mais il serait vraiment dommage de passer à côté.
Ouvrage en tout point remarquable et hautement recommandable qui mérite une sélection au sheriff.
Revenir en haut Aller en bas
Murena

avatar

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 36
Localisation : quelque part au milieu de l'infini c'est absurde parce que l'infini n'a pas de milieu
Date d'inscription : 12/10/2009

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Lun 27 Fév 2012 - 9:29

Quoiqu'il en soit ta chronique me donne envie de le lire, mercie Tue-Loup Smile
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2289
Age : 49
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Tue-Loup, je t'aime !   Lun 27 Fév 2012 - 16:02

Merci Tue-Loup pour cette belle chronique que je n'ai pas su faire. Il y a en effet 3 semaines que ce magnifique livre traine sur mon bureau car j'avais très envie de vous en parler et puis.... Et puis je n'ai pas trouvé les mots, ni le temps nécessaire à sa relecture pour être sûr d'en parler bien. Je ne renonce pas, j'ai toujours l'intention d'en dire plus car ce livre le mérite.

Une sélection est à mon avis tout à fait envisageable, s'il reste une petite place car je sais par avance qu'elle n'ira pas plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
naphtalene
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Nombre de messages : 945
Age : 45
Localisation : dans les alpages
Date d'inscription : 26/03/2008

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Mer 7 Mar 2012 - 13:09

Je redoutais justement qu'il reste un petite place dans la sélection et voilà qu'il s'y est faufilé, celui-ci ! Non qu'il n'y ait pas sa place, bien au contraire, mais qu'est ce que je n'avais pas envie de le lire... C'est maintenant chose faite et c'est un très beau livre, sincère poétique cru(el) et plein de sensibilité sur un sujet hautement anxiogène, je ne veux pas m'étendre plus sur le sujet. Je ne sais pas si je peux dire que j'ai beaucoup aimé vu l'état dans lequel cette lecture m'a mise, mais en tous cas, oui, c'est un très bon livre.
Revenir en haut Aller en bas
Can
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2594
Age : 38
Localisation : Golden city
Date d'inscription : 16/11/2007

MessageSujet: assez loin de l'accablante   Dim 11 Mar 2012 - 10:43

Lecture en effet bouleversante en regard du sujet traité , certains passages sont assez durs , il est difficile de contenir ses larmes , dire qu'on ne verse pas dans le pathos relève quand même de l'optimisme quand on suit les derniers mois d'un grand malade et sa dégradation physique et mental.

Je vous accorde que le sujet est traité avec beaucoup de poésie , de métaphores , et si on juge uniquement sur l'aspect dirons nous "technique" , le récit , ainsi que le dessin de Judith Vanistendael est réellement brillant.

Même si elle cherche à porter une certaine forme d'espoir , il en demeure au final un livre un tantinet poussif et morbide , les réflexions sur la mort sortant de la bouche d'enfant de moins de 10 ans me paraissent par exemple , un peu trop "adulte" (Les 21g de l'âme).

Le sujet sur l’euthanasie n'est que survolé et au final , si tout cela était pour nous dire que nous n'avons pas tous le même comportement face à la maladie et la mort d'un parent , j'ai envie de dire , merci mais on s'en doutait un peu.
Revenir en haut Aller en bas
myrte
Titulaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 141
Age : 39
Localisation : chamalières
Date d'inscription : 02/03/2012

MessageSujet: David, les femmes et la mort de Vanistendael   Dim 11 Mar 2012 - 20:44


Comment parler du rapport que l'on peut avoir à la maladie et à la mort? (je me suis beaucoup interrogée à ce sujet ce week-end!)
En nous le faisant vivre au travers de divers personnages...féminins.
Les trois personnages féminins m'ont incroyablement émue.
Cette BD est particulièrement difficile à oublier ou "digérer", tant le sujet traité est effrayant et peut nous (me) ramener douloureusement à notre vécu personnel.
Cependant elle est pleine de tendresse et d'empathie, chacun essayant de profiter au maximum du temps passé avec les personnes aimées.
Une prise de conscience de la valeur du temps qui passe, de l'importance d'être pleinement (lorsque cela est possible) dans l'instant présent et de la relativité de toute chose.
Douloureux! mais beau.
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1741
Age : 45
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Mer 14 Mar 2012 - 17:16

Tue-Loup met en avant les moments qui m'ont touché : la danse macabre, la fabrication du corps à partir des radios, Tamar et la sirène. La rencontre avec la mort se traduit merveilleusement bien dans ces scènes pour chacun des protagonistes de l'histoire. La fin du livre, comme un écho à la naissance du début est particulièrement réussie et touchante. Je n'y vois pas, en revanche, une volonté de faire réquisitoire pour l'euthanasie, il s'agit plutôt de dire, de montrer, comme les vies se trouvent bouleverser à la disparition brutale mais annoncée d'un être cher. Le sujet, c'est l'attente de la mort imminente.
Je n'ai pu, non plus, m'empêcher de plonger à nouveau dans "la parenthèse" d'Elodie Durand qui m'avait, notamment dans le traitement graphique de la maladie, davantage convaincu.
Beau livre donc.
Revenir en haut Aller en bas
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3070
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Lun 26 Mar 2012 - 6:34

dites-donc, devant plusieurs réserves émises concernant cet album, je m'attendais à une lecture pathétique et un peu pénible...

c'est quand même très bon, très juste, avec une belle distance concernant le sujet, de beaux personnages...
Une utlisation assez pertinente de la couleur, aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Tue-Loup
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 905
Age : 52
Localisation : Aulnat
Date d'inscription : 07/02/2011

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Lun 26 Mar 2012 - 7:21

eraserhead a écrit:


c'est quand même très bon, très juste, avec une belle distance concernant le sujet, de beaux personnages...
.

MERCI, MERCI, MERCI (pour ce beau livre ...)

Si seulement j'avais le courage et la force de conviction pour défendre DAVID comme ERASERHEAD l' a fait avec Aller/Retour ... je pourrai peut-être lui faire gagner quelques votes ?
Mais visiblement, on s'oriente vers un résultat plus consensuel, moins dérangeant ... plus confortable.
Revenir en haut Aller en bas
Superphane
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 1741
Age : 45
Localisation : Chamalieres
Date d'inscription : 06/02/2010

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Lun 26 Mar 2012 - 12:11

Je crois aussi qu'on est très loin du pathos et des larmes...
Revenir en haut Aller en bas
Didine
Titulaire
avatar

Féminin Nombre de messages : 299
Age : 37
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 02/10/2011

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Lun 26 Mar 2012 - 16:58

Wouah!! Il y a fort longtemps qu'un album ne m'avait pas ainsi touché...

L'approche de ce sujet délicat qu'est la mort se fait dans cet ouvrage sans tomber dans le patho et la fluidité du dessin accompagne parfaitement la narration. L'absence de cases traditionnelles sur certaines pages retranscrit bien que la vie n'est pas toujours "un long fleuve tranquille"...

La manière dont chacun peut réagir face à la mort imminente d'un proche est bien retranscrite : le déni traduit par le silence chez Miriam, la colère chez Paula et l'acceptation chez Tamar qui cherche alors seulement un moyen de garder une partie de son père (momification, capture de l’âme). On peut également à travers tous les personnages reconstituer les 7 étapes du deuil : le choc lorsque David apprend la nouvelle par son médecin, le déni chez Miriam, la colère de Paula, la tristesse de l'ensemble des personnages, la résignation chez Paula traduit par sa fuite, l'acceptation de David lorsqu'il demande à mourir... Seule la reconstruction est absente... Il me semble que l'auteur a ainsi voulu laisser "une part du deuil" au lecteur...

Plus qu'une histoire de mort, cet album est pour moi un appel à la vie... Vie parfois trop courte et dont on ne savoure jamais assez la douceur et ce qu'elle nous offre au quotidien...

Revenir en haut Aller en bas
BenBecker

avatar

Masculin Nombre de messages : 2959
Age : 36
Localisation : pas loin de chez Capitaine Nicrotte
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Lun 26 Mar 2012 - 19:06

Je suis un être peu sensible ayant une certaine approche de la maladie et de la mort... Je n'ai lu qu'une vie ordinaire comme il en existe tant d'autres... Certes, le récit est structuré et le dessin maîtrisé, mais je n'ai pas du tout été touché... Désolé eraserhead, ta critique est pourtant (presque) parfaite... Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://ondeabulles.canalblog.com/
eraserhead
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 3070
Age : 43
Localisation : Au beau milieu du Pacifique
Date d'inscription : 15/01/2010

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Lun 26 Mar 2012 - 19:21

c'est pas moi Wink
mais merci quand même !! Wink
Revenir en haut Aller en bas
BenBecker

avatar

Masculin Nombre de messages : 2959
Age : 36
Localisation : pas loin de chez Capitaine Nicrotte
Date d'inscription : 29/08/2007

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Lun 26 Mar 2012 - 19:22

eraserhead a écrit:
c'est pas moi Wink
mais merci quand même !! Wink
Oups, désolé Tue-Loup... Embarassed Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://ondeabulles.canalblog.com/
Murena

avatar

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 36
Localisation : quelque part au milieu de l'infini c'est absurde parce que l'infini n'a pas de milieu
Date d'inscription : 12/10/2009

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Mar 27 Mar 2012 - 9:18

Il est vrai que parler de la maladie, des traitements qui vous détraquent le corps, de la morphine qui vous endort, de la douleur, des réactions de l'entourage, de la lourdeur des procédures médicales, des espoirs, déçus, qui au final vous conduisent à la mort, est un sujet extrêmement délicat.

L'auteur de ce livre évite le plupart des écueils du genre, et traite de ce sujet délicat avec une certaine douceur et beaucoup d'émotions, mais sans jamais chercher à tirer les larmes pour faire pleurer dans les chaumières...On ne tombe pas dans le pathos et c'est très bien.

Le découpage du livre est intelligent et original, et brosse le portrait de ces femmes qui chacune livrent un point de vue et des pensées différentes sur ce moment de vie. Il y a des sourires, parfois un pincement au coeur, de la simplicité aussi et beaucoup de justesse. Les ruptures dans le rythme et les scènes mêlent des temps de vie avec celui de la mort, le quotidien et la maladie, le rêve et la réalité, les rires et la douleur, le tout avec tact mais aussi "brutalité".

Les dialogues sont simples, efficaces, justes, sans trop en faire. Et il y a aussi les silences...les silences, ce silence qui est parfois très violent, surtout pour ces femmes qui l'entourent et assistent impuissante au délitement de cet homme. Chacun tait à sa manière la maladie, l'évite, malgré la fin qui se profile, inexorable...

Les dessins en aquarelles rajoutent à la sensibilité de l'ouvrage je trouve, et le jeu des ambiances et des couleurs est assez subtils.

Ce livre parle de la mort, mais il parle de la vie avant tout, car vie et mort ne sont pas si opposées. C'est bien nos sociétés contemporaines qui ont fait de ce sujet un sujet tabou, un sujet dont on ne sait plus parler, dont on ne parle plus, que l'on cache...

Je n'irais pas jusqu'à dire que ce livre m'a "bouleversé" ou profondément ému. Le sujet est bien traité, avec "une belle distance sur le sujet" pour reprendre eraserhead, et de beaux personnages en effet. C'est un album touchant et réussi, qui mérite notre attention et sa place dans cette sélection.

Revenir en haut Aller en bas
fred
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 4720
Age : 49
Localisation : entre un carton de nouveautés et une pile de retours
Date d'inscription : 06/02/2007

MessageSujet: blood and guts    Mer 28 Mar 2012 - 17:56

Comme beaucoup, je ne suis pas très à l'aise avec la maladie et la mort. C'est sans doute ce qui m'a empêché de ressentir David à sa juste valeur, celle d'une œuvre artistique. J'ai voulu dès l'entame que ça se termine très vite, avec la ténacité sournoise d'un cancer. J'ai voulu ne rien voir, presque sciemment. Sans aucune envie d'y revenir.
Je présente mes excuses à l'auteur pour n'avoir que mal appréhendé son livre et décidé malgré tout de ne pas le retenir dans mon vote pour le Sheriff de février.


Dernière édition par fred le Sam 31 Mar 2012 - 11:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.espritbd.com
stefan



Masculin Nombre de messages : 82
Age : 38
Localisation : Clermont-Ferrand
Date d'inscription : 02/02/2011

MessageSujet: Proximité   Ven 30 Mar 2012 - 20:02

Je n'ai pas exactement ressenti ce que Fred a décrit mais je n'arriverai pas à mieux le formuler...

La thématique bien sûr, mais Le déclin de l'empire américain avait une thématique proche et m'avait intéressé...
Revenir en haut Aller en bas
Joco
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 2289
Age : 49
Localisation : Troisième à gauche
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Sam 31 Mar 2012 - 9:37

Il y a une belle chronique dans le Télérama de cette semaine qu'on peut lire ICI.
Je crains, avec cet article, que ce livre ne passe dans le camp des consensuels !
Revenir en haut Aller en bas
Murena

avatar

Masculin Nombre de messages : 648
Age : 36
Localisation : quelque part au milieu de l'infini c'est absurde parce que l'infini n'a pas de milieu
Date d'inscription : 12/10/2009

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Sam 31 Mar 2012 - 10:09

Tu doutes de l'aspect subversif de Télérama ? Faut toujours se laisser surprendre dans la vie...A enfermer les choses et les gens dans des cases on fini par passer trop souvent à côté de ce qui est vrai...
Revenir en haut Aller en bas
Tue-Loup
Comité de sélection du Sheriff d'or
avatar

Masculin Nombre de messages : 905
Age : 52
Localisation : Aulnat
Date d'inscription : 07/02/2011

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Sam 31 Mar 2012 - 10:41

Merci Joco pour l'info (télérama c'est la bible des enseignants Very Happy , même si nombreux ignorent jusqu'à l'existence d'une chronique BD ! )

A propos de chronique, je me demande si le journaliste n'aurait pas jeté un oeil sur notre forum avant de pondre la sienne lol!

Notre Jury est vraiment formidable et il pourra toujours avoir la fierté d'avoir eu raison avant tout le monde ...
alors si grâce à Télèrama, Judith obtient une plus grande reconnaissance de son travail, des meilleurs chiffres de vente, je ne peux que trouver cela génial ... alors merci Télèrama et surtout merci les SHERIFF.

Mais je me dois d'être honnête le plus possible; j'ai découvert DAVID chez un ami, qui avait lui-même acheté le livre suite à une chronique dans le Monde (il y a 3 mois environ) Exclamation

Je crois en une culture populaire de "qualité", j'ai toujours pensé que les bons livres, les bons films, les bons disques avaient suffisamment de force en eux pour toucher le plus de personnes ... quand j'ai pris le temps de faire découvrir les BEATLES à mes enfants, ils ont vite dépassé le dogme du collège (Rap & R'nB) ...

Alors si les Beatles appartiennent au camp des consensuels, je les rejoins immediatement cheers
.

Revenir en haut Aller en bas
Colonel Sponsz
Titulaire
avatar

Masculin Nombre de messages : 847
Age : 115
Localisation : Bordurie
Date d'inscription : 27/02/2010

MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   Sam 31 Mar 2012 - 21:54

Je dois remercier BenBecker pour m'avoir fait réaliser avec son post dans la rubrique consacrée à Pablo la raison pour laquelle je préfère ce mois ci sa lecture à celle de David .... C'est probablement parce que le premier est une œuvre printanière, solaire, alors que le second est crépusculaire et finalement un peu stérile. Certes, il y a la scène de l’accouchement, certes il y a le point de vue de l'enfant, mais malgré tout cet album se termine par la mort de celui qui donne son titre à l'album, autour de qui tout tourne, et j'ai du mal à imaginer une vie aux autres personnages après cette fin. Peut-être une autre construction aurait permis d'éviter cette impression de trou noir à la fin, aspirant tout ce que le livre a montré de lumineux auparavant. En tout cas, pourtant pas plus émotif qu'un autre, je suis sorti plombé de cette lecture et je doute que cela ait vraiment été l'intention de l'auteur.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael   

Revenir en haut Aller en bas
 
DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DAVID, LES FEMMES ET LA MORT de Vanistendael
» Birkenau, camp de la mort...
» Décès de l'acteur David Caradine
» Gemmell David - La Mort des Nations - Le Lion de Macédoine tome 2
» David Carradine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: