AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Julius et Roméa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Julius et Roméa   Lun 29 Déc 2008 - 22:58

Julius et Roméa est le 12e album de la série Jérémiah, produit par Hermann, paru en 1986.



Le récit :

Toujours en mal d'argent, Jérémiah et Kurdy s'embauchent comme hommes de peine dans une cité anonyme, prototype de la renaissance nord-américaine d'après "la grande lessive". (*)


Un îlot de prospérité et de paranoïa sécuritaire. Bienvenue à Yuppie-land.

Très vite, nos héros s'aperçoivent que le fruit est pourri : les travailleurs, recrutés à l'extérieur, sont traités comme des forçats auxquels il est interdit de frayer avec les résidents. (Une séquence les montre même à l'exercice, alignés en rang d'oignon et maniant le balai en cadence sous le commandement d'un kapo.) Un service de sécurité particulièrement musclé veille au respect des règles. Les plus récalcitrants disparaissent mystérieusement.


Si Kurdy savait à quel point ses paroles sont prophétiques...

Par ailleurs, la vie de la communauté est perturbée par un énigmatique personnage, l'Ange Noir, qui défie la police et terrorise la population en renversant les poubelles (!), ce qui est considéré comme un délit majeur dans cet univers sécuritaire et aseptisé.


L'Ange Noir, un hommage d'Hermann aux super-héros urbains ?

Autre source de désordre, la révolte ouverte de Romea contre son père, le dirigeant de la ville : elle refuse de se laver (!) et rêve de rejoindre Julius, son amoureux qui, depuis le no man's land qui entoure la cité, joue (faux) de la cornemuse chaque soir...


Julius et Roméa - deux cœurs transis en exil.

Le tout est observé par Rocky, un ermite cynique qui vit terré dans une retraite souterraine.



Son unique distraction est d'espionner la vie des citoyens du dessus grâce à un terminal qu'il a raccordé aux réseau des caméras de surveillance.


Les seuls compagnons de Rocky : une poupée gonflable et un hôte gonflant ! (Brrr, on dirait un scénariste serbe !)




Le récit suis le parcours des différents personnages dont les actions auront des répercussions sur le destin des autres :
- la nature de Kurdy l'amène a être pris en grippe par Procton, l'un des cadres dirigeants de la cité, mais c'est Jérémiah qui fera les frais de sa colère ;


Procton, un arriviste imbu de sa personne. Membre influent du conseil d'administration de la cité.

- En s'aventurant à l'extérieur pour se ravitailler, Rocky abandonnera un objet qui permettra à Kurdy de secourir son ami...
- Mais c'est l'Ange noir qui lui permettra de s'en saisir ;
- Romea sera consentante pour servir de monnaie d'échange afin de sauver Jérémiah...


Un bourreau sans état d'âme.

- En retour, elle rejoindra Julius, au grand dam de Rocky qui avait conditionné la libération de son hôte involontaire, Stonebridge (**), à la réunion des deux tourtereaux.



Hermann se révèle un excellent narrateur : son récit est agréable, mené sans temps mort et avec un humour grinçant qui transparaît dans les dialogues. (Les répliques de Rocky et ses échanges avec Stonebridge sont particulièrement savoureux.)


Hermann aime aussi glisser des gags visuels dans ses planches.

Ce qui retient l'attention, cependant, c'est la peinture de cet îlot capitaliste froid et paranoïaque, peuplé de yuppies, et où la contrepartie du confort est la soumission totale à l'ordre établi et la crainte du désordre.


Un air de Métropolis.
(Hermann maîtrise décidément les effets d'ombre.)



Une population dépravée avide de jeux cruels.

Dans cet univers, la révolte se manifeste sous la forme d'un super-héros négatif, l'Ange Noir, et l'insoumission d'un couple de hippies qui rejettent les conventions sociales - à commencer par l'hygiène. Les dernières images sont, à ce titre, parlantes.

Une petite perle dans une production conséquente. Smile

(*) "La grande lessive" est le nom donné par Hermann au conflit généralisé qui donne naissance à l'univers de Jérémiah.
(**) Stonebridge est une fieffée crapule apparue pour la première fois dans l'album # 5 Un cobaye pour l'éternité.Ennemi intime de Kurdy, on le revoit notamment dans Trois motos ou quatre et dans Le cousin Linford.
(***) yuppies : Young Urban Person - équivalent américain du jeune cadre dynamique.
Revenir en haut Aller en bas
Marc Gyver



Masculin Nombre de messages : 1098
Age : 117
Localisation : Romagnat
Date d'inscription : 12/02/2007

MessageSujet: Re: Julius et Roméa   Mar 30 Déc 2008 - 7:50

Merci de cette chronique, Zaitchick! C'est le genre de thèmes que j'aime.

Une petite question,toutefois: c'est encore trouvable, ou faut-il chercher dans de petites échoppes où l'on trouve l'introuvable (style Tome 2 d'Hannibal 5, Nécronomicon, Mogaï, cerveau de Skin Head...)?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Julius et Roméa   Mar 30 Déc 2008 - 8:54

Je pense que tant que la série Jérémiah continue, on doit pouvoir trouver les anciens albums - mais plus dans cette édition. (c'est chez Dupuis maintenant.)

Sinon, si tu veux le lire, tu n'as que la rue à traverser. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Julius et Roméa   

Revenir en haut Aller en bas
 
Julius et Roméa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Julius et Roméa
» Roméo & Juliette
» [Shakespeare, William] Roméo et Juliette
» Castlevania aos mode Julius, 100%?
» Video et liens sur la DS prototype de M.Julius Lindblom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CLUBE D'ESPRIT BD MANGA :: BD :: Chroniques-
Sauter vers: